Noriyaro nous donne envie de retourner sur le Shutokou