Quelques détails sur la modélisation de Long Beach dans Forza 5

Turn 10 a été clair à ce sujet, ils souhaitent représenter la « référence » en terme de modélisation sur la nouvelle génération de consoles. Pour l’instant, la concurrence n’est tout simplement pas présente, mais même lorsqu’elle sera de la partie, il sera difficile de faire aussi bien selon un article d’Autoblog.com:

Long Beach s’annonce fantastique et il y a de fortes chances qu’il le soit. Nous sommes tous au courant de la technologie de Laser-Scanning, désormais reine du réalisme pour les environnements, et c’est évidemment celle-ci qui a encore été utilisée pour donner vie à ce tout nouvel environnement dans Forza.

La surface du circuit, les alentours, les bâtiments et même la végétation sont capturés et digitalisés avec une précision inférieure au centimètre. Tous les angles sont absolument exacts, même les ombres que nous approcherons bientôt à 200kmh.

Concrètement, des dizaines de milliers de photos sont réalisées ainsi que des vidéos à 360 degrés. Turn 10 récupère 1,4 milliard points de référence (!!!!!!!!!!!!!!!!!).

Une fois toutes ces données récupérées, le processus d’intégration au jeu commence. En plus d’une précision diabolique, le laser-scanning permet aux développeurs d’avancer plus vite vers un « rough track » (comprenez une version de base du futur circuit), ce qui leur laisse alors plus de temps pour fignoler les détails et tester le tout, afin d’atteindre « l’exigence qualité Turn 10 ».

Ensuite, il faut ajouter des objets à l’environnement. Dans Forza 5, le nombre d’objets sur circuit a augmenté de 200% et il y a 6 fois plus de diversité de matériaux qui les composent.  Des éléments « sous licence » sont alors ajoutés avant de passer aux phases « débug » et gameplay.

Petite info qui ne surprendra personne mais toujours sympa à lire: Dan Greenawalt, sans entrer dans les détails, assure que Long Beach ne sera pas le dernier circuit disponible pour Forza Motorsport 5. Oui moi aussi je pense à de la verdure en Allemagne!

Vous pouvez lire l’interview complète en anglais ici.

Laisser un commentaire