Test de DiRT Rally sur Xbox One

Alors que le jeu n’a été confirmé sur les consoles nouvelle génération il y a seulement quatre petits mois, DiRT Rally est disponible depuis aujourd’hui sur Playstation 4 et Xbox One alors que les joueurs PC y jouent depuis un an maintenant. Alors est ce que Codemasters arrive à faire mieux que Kylotonn Games avec son WRC 5 ou Milestone avec son Sébastien Loeb Rally Evo ?

Depuis la sortie de leur tout premier jeu de rallye avec Colin McRae Rally sur Playstation première du nom il y a 18 ans déjà, Codemasters n’a cessé aux cours des années de nous proposer des suites de la franchise jusqu’à Dirt 3 il y a 5 ans maintenant. Depuis plus rien (je ne compte pas Dirt Showdown) jusqu’à l’annonce il y a un an de DiRT Rally sur Pc, qui sort le jour même en accès anticipé sur Steam. A ce moment, les joueurs console se sont sentis lésés mais Codemaster a vite répliqué que si la demande était assez forte de leur part, ils envisageraient de sortir le titre sur consoles. En Décembre dernier, le jeu est officialisé par les studios britanniques pour une sortie seulement quatre petits mois après.

Un mode carrière bien complet

Vous voilà sur les menus du jeu très épurés dans lesquels il est impossible de se perdre et où vous pouvez choisir de jouer en solo ou en multijoueur dans un mode carrière qui propose pas mal de bonnes choses. On commence avec les championnats rallye dans lesquels vous allez devoir vous battre pour évoluer. Vous débutez tout en bas de l’échelle en classe Open et pour pouvoir passer en Clubman, Professionnel, Elite et au final Master, il vous faut être régulier et engranger un maximum de points à chaque étapes et rallyes. Pour en marquer, il vous faut bien-sûr faire le meilleur chrono possible tout en faisant attention de ne pas sortir de la route sous peine de vous prendre plusieurs secondes de pénalités tout comme lorsque vous faites réapparaitre votre véhicule sur la piste. Veillez aussi à ne pas toucher un spectateur même s’il est très proche de la piste car sinon c’est 15 secondes de plus ! Si vous avez assez de points, vous êtes promu en classe supérieur mais si vous en gagnez peu, il y a de fortes chances que vous vous mainteniez dans la même ou que vous dégringoliez au niveau inférieur. Chaque championnat est composé de plusieurs épreuves elles mêmes divisées en plusieurs étapes. A chaque fin d’étape vous remportez donc des points selon votre classement et à chaque fin de rallye vous gagnez de précieux crédits qui vous permettent d’acheter de nouvelles voitures. Le titre propose environ une trentaine de véhicules. Certains diront que c’est peu mais il y a de la variété et c’est ce qui compte ! Vous pouvez prendre le volant de modèles mythiques avec des Opel Kadett, des Lancia Stratos, des Peugeot 406 T16, des R5 Turbo ou des plus récentes avec des Ford Fiesta RS ou la Volkswagen Polo de Sébastien Ogier. Vous pouvez aussi compter sur des monstres des groupes A et B mais il vous faut faire un choix parce que pour tout débloquer, on parle de plusieurs millions de crédits !

Pour varier un peu, vous avez aussi d’autres championnats avec du Hillclimb que l’on appelle course de côte chez nous et qui vous donne la possibilité de participer à la mythique épreuve de Pikes Peak. La bonne nouvelle est que vous pouvez aussi bien vous prendre pour Ari Vatanen en 1988 avec sa Peugeot 405 T16 sur le tracé entièrement en terre ou bien pour Sébastien Loeb en 2013 avec sa 208 T16 sur la version entièrement recouverte d’asphalte. Il est même possible de courir sur la version qui existait entre les deux époques avec à la fois de la terre et de l’asphalte avec des monstres comme la 205 T16 Pikes Peak ou l’Audi Quattro S1 PP. Autre championnat : Le Rallycross. Cette discipline sur circuit fermé vous propose de prendre part à des courses sur des tracés alternant surfaces en terre et asphaltées. Pour ces épreuves vous disposez de voitures allant d’une vielle Mini de 130 chevaux aux montres de la catégorie reine qui en font plus de 600 et qui sont un peu plus tendues à manier. Si vous êtes doué et que vous arrivez à atteindre le championnat professionnel de la discipline, cela débloquera votre ticket pour le FIA World Rallycross Championship, la licence officielle.

En principe, les jeux de rallye ne proposent pas de multijoueur à part des leaderboards sur lesquels vous pouvez comparer vos meilleurs chronos avec le reste du monde. Mais la bonne surprise est que de DiRT Rally propose de bonnes choses en multi en plus de cela. On commence par les épreuves en ligne quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles dans lesquelles il faut sortir le meilleur chrono avec par moments la possibilité de ne faire qu’un seul et unique essai mais cela peut rapporter pas mal de crédits. Mais vous pouvez aussi affronter d’autres joueurs (jusqu’à huit) en Rallycross et pas vous battre uniquement contres de fantômes. A l’heure où j’écris ce test le jeu n’est pas sorti officiellement donc je n’ai pu faire que très peu de parties mais je peux vous dire qu’il y a de la poussette comme dans la discipline en vrai. Par contre ne vous lancez pas directement en ligne si vous n’avez pas quelques courses de Rallycross à votre actif…

Dirt Rally 011
Dirt Rally 010
Dirt Rally 009
Dirt Rally 004

Bien plus axé simulation que les anciens DiRT

Il faut dire ce qui est : Les derniers jeux de rally de Codemasters sont plus axé arcade qu’autre chose. Pour ce DiRT Rally il en est tout autre et dès son premier lancement, le jeu vous propose de configurer le gameplay avec les aides à la conduite qui vont avec. Pour ma part j’ai tout laisser par défaut et à la manière d’un Forza Motorsport, moins vous avez d’aides actives, plus vous gagnez d’argent à la fin des rallyes. En désactivant toutes les aides et en jouant avec une vue intérieure sans ATH et en boite manuelle avec embrayage, vous pouvez gagner quasiment 20% de récompense totale en plus ce qui n’est pas rien mais cela va vous donner du fil à retordre.

Pour ce qui est du gameplay en lui-même, le jeu reste très exigeant. Fini les routes extra larges des Dirt et bonjour les tracés si étroits que par moments on se demande comment font les vrais pilotes de rallye. La Grèce, le Pays de Galles, Monte Carlo, l’Allemagne ou encore les pays nordiques comme la Finlande et la Suède proposent tout un tas d’environnements différents qui regroupent toutes les conditions possibles tant au niveau des surfaces qu’aux conditions météo. Goudron, graviers, pavés, terre et verglas combinés au soleil, à la pluie, à la neige et à la nuit donnent pas mal de possibilités. Il est régulier de tomber sur plusieurs types de surfaces lors d’une spéciale et passer d’un goudron qui accroche à une surface verglacée qui risque de vous surprendre niveau adhérence. Rajoutez à cela les nombreux pièges sur les tracés comme les ravins, les talus de neige, les rivières, des rochers, des tas de bois et j’en passe et je peux vous dire qu’il est extrêmement rare de finir une spéciale en ayant une voiture intacte surtout avec certaines pistes très étroites. Mais si votre monture a souffert il est possible de la réparer entre étapes grâce à votre team et vous disposez de 30 minutes pour cela (en accéléré bien-sûr). Plus votre crew est efficace plus il réparera d’éléments dans le laps de temps. Il vous est possible de choisir les pièces à réparer en priorité mais vous pouvez aussi faire confiance à vos gars et les laisser choisir ce qu’il faut faire. Par contre si vous endommagez trop votre voiture à chaque étape, à un moment celle-ci va rendre l’âme en pleine course et vous finirez le championnat à la dernière place et avec 0Cr en poche.

Par contre j’ai été surpris de voir que les voitures que l’on possède peuvent être améliorées. Plus vous les utilisez, plus faites de kilomètres avec, plus elle sera performante. Pour commencer, vous débloquerez en premier les réglages avancés du véhicule et par la suite vos ingénieurs l’amélioreront en l’allégeant et en améliorant le moteur. Et oui, en plus de cela vous devez gérer votre propre team en engageant du personnel qualifié. De base vous disposez d’un chef d’équipe qui sera toujours là pour vous et de quatre emplacements supplémentaires qui vous permet d’engager d’autre membres d’équipe qui ont chacun leurs capacités et leur prix. Mais ces derniers ont des contrats pour un nombre d’étapes donné donc il faut toujours faire attention à ce qu’ils soient disponibles lors des spéciales et qu’ils ne vous lâchent pas en plein rallye en prolongeant leur contrat. Si vous ne le faites pas, avec des mécanos en moins les réparations qu’il est possible d’effectuer entre chaque course seront moins efficaces et au bout d’un moment si vous maltraitez trop votre voiture celle-ci peut rendre l’âme en plein spéciale. Résultat : Impossible de finir le rallye et vous finissez avec zéro crédit même si vous êtes à la dernière étape et qui est rageant après voir passé plusieurs dizaines de minutes à essayer de gagner des points. Plus vous restez avec les membres de votre équipe, plus ces derniers ont des avantages qui sont des bonus qui se débloquent en parcourant des kilomètres. Vous pouvez en équiper trois par membres et cela permet par exemple d’améliorer les véhicules 5% plus vite. Je trouve ce système assez bien fait même si j’aurais aimé voir tout le crew modélisé en train de travailler sur les voitures entre chaque étape. Pour ceux qui ont de la patience et qui veulent pousser un peu plus loin dans la simulation, il est possible de régler d’A à Z votre voiture en changeant les rapports de boîtes, la partie freinage et tout ce qui est suspensions. Selon le type de surface à laquelle vous avez à faire, il est possible de sauvegarder et charger plusieurs préréglages ou de tout simplement faire confiance à votre équipe.

Mais que ceux qui débutent dans ce type de jeu ou ceux qui ont peur de se sortir à chaque virage se rassurent puisqu’une fois les aides activées, on se retrouve là avec un jeu bien plus facile. Une fois l’ABS et le contrôle de traction actifs, c’est le jour et la nuit ! On enchaine les virages sans trop de faute, les routes étroites font un peu moins peur, les réceptions de saut se passent bien plus tranquillement et du coup les voitures ne finissent pas en pièce ou en sculpture de Picasso à la fin de chaque étape. Mais pour être honnête avec vous, au final c’est bien moins marrant surtout lorsque l’on prend des épingles et que l’arrière de la voiture part pas en sucette avec style avec l’échappement qui chante en prime ! Si la difficulté du jeu vous énerve, ne mettez pas toutes les aides au maximum mais essayez de tester plusieurs configurations.

Dirt Rally 005
Dirt Rally 004
Dirt Rally 003
Dirt Rally 010

1080p et 60Fps sans le moindre souci sur les deux consoles

Voilà une des bonnes surprises du jeu : Les graphismes. Si vous nous suivez régulièrement sur Xboxracer ou Takuminosekai ou les réseaux sociaux, vous savez que les concurrents directs que sont WRC5 et Sébastien Loeb Rally Evo nous ont énormément déçus surtout en ce qui concerne le côté visuel. Pour DiRT Rally, il en est tout autre puisque Codemasters nous propose là un titre qui tourne parfaitement en 1080p 60Fps sur Playstation 4 et Xbox One sans le moindre problème ou baisse de framerate, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il fasse nuit ou même avec huit voitures à l’écran en Rallycross. La modélisation des véhicules est bonne et les environnements des étapes sont superbes. On peut admirer tout cela dans les replay qui proposent de très bons angles de caméra mais il est tout de même dommage que le jeu ne propose pas un petit mode photo histoire de prendre de jolis clichés. Cela pourrait paraitre bête mais je trouve que pour une fois on a un véritable effet de poussière sur des spéciales comme en Grèce avec des nuages de terre qui mettent plusieurs secondes à se dissiper et non pas de trainées de deux mètres derrière les voitures qui disparaissent en une fraction de seconde.

Mais le pire dans tout ça, c’est qu’il y a un an, DiRT Rally n’était même pas en développement sur consoles ! Cela veut dire qu’en quelques mois, les développeurs de Codemasters ont réussi à nous adapter la version Pc sur consoles nouvelle génération et à nous sortir du 1080p 60Fps sur les deux plateformes sans le moindre problème ! Donc il faut vraiment qu’on explique aux joueurs comment en deux ans de développement et trois ans après la sortie de la Xbox One et de la Playstation 4, la concurrence propose des jeux loin d’être au point techniquement avec des framerates catastrophiques, du Screen tearing, du clipping et j’en passe. Bref, bravo à Codemasters pour nous avoir pondu un jeu au point dès sa sortie !

Alors que le jeu n’a été confirmé sur les consoles nouvelle génération il y a seulement quatre petits mois, DiRT Rally est disponible depuis aujourd’hui sur Playstation 4 et Xbox One alors que les joueurs PC y jouent depuis un an maintenant. Alors est ce que Codemasters arrive à faire mieux que Kylotonn Games avec son WRC 5 ou Milestone avec son Sébastien Loeb Rally Evo ? Depuis la sortie de leur tout premier jeu de rallye avec Colin McRae Rally sur Playstation première du nom il y a 18 ans déjà, Codemasters n’a cessé aux cours des années de…

Passage en revue

Graphismes
Gameplay
Durée de vie
Audio

Le meilleur jeu de rallye

Résumé : Moi je lui colle un 18/20 à ce DiRT Rally. Nous avons tellement été déçus par la concurrence ces derniers mois que l’on attendait la réalisation de Codemasters avec impatience pour pouvoir enfin jouer à un jeu de rallye digne de ce nom. Et c’est le cas avec un jeu qui semble avoir été adapté en un temps record sur consoles nouvelle génération et qui techniquement ne souffre d’aucun problème. Pas de baisses de framerate, c’est tout ce que l’on demande dans un jeu de course et les développeurs l’ont bien compris avec des versions Playstation 4 et Xbox One qui sont identiques et qui tournent toutes les deux en 1080p 60Fps. Pour ma part je pense que la FIA devrait leur donner la licence WRC à Codemasters pour qu’ils nous sortent un titre digne de ce nom. Le jeu est autant destiné aux amateurs qu’au habitués des jeux de course grâce aux différentes aides à la conduite qu’il est possible d’activer ou non. Bref, si vous voulez un bon jeu de rallye, je vous le conseille à tous, vous ne serez pas déçus sur ce coup. J’espère voir des mises à jour dans les semaines à venir avec quelques environnements et des voitures supplémentaires.

Note de l'utilisateur 4.5 ( 1 votes)

Les plus

 

Les moins

  • Impeccable techniquement
  • Exigeant niveau gamepla
  • Mais aussi fait pour les débutants
  • Les conditions de course
  • Le système d’équipe d’ingénieurs
  • Variété des voitures
  • L’amélioration des véhicules
  • Le son des voitures
  • Le championnat Rallycross officiel
  • Le Rallycross en multi
  • Les épreuves en lignes
 
  • Manque d’immersion sans stands ou animations
  • Interface un peu austère

Laisser un commentaire

x

Cela pourrait vous intéresser

Test de Flatout 4 Total Insanity sur Xbox One

2004, c’est l’année de sortie du premier Flatout par Bugbear Entertainment sur Microsoft Xbox. Acclamé par la critique, ce titre déjanté, arcade et super bourrin est resté dans l’esprit des joueurs comme un bon souvenir. Des suites en 2006 et 2007 ont marqué la fin de l’engagement du studio scandinave, créateur de la franchise. Désormais, ce sont les français de Kylotonn Games qui reprennent le flambeau avec la lourde tâche de raviver la flamme. Leur jeu: Flatout 4 Total Insanity!