Test de F1 2015 sur Xbox One

Alors que l’opus 2014 est sorti il y a moins d’un an (voir notre test), la franchise de Codemasters fait son arrivée sur les consoles Next-Gen avec F1 2015. Alors est-ce que les développeurs ont assuré pour ce premier jet nouvelle génération ? Est-ce que ce n’est pas une fois de plus une simple mise à jour de contenu ? Réponse dans ce test effectué sur la version Xbox One du jeu.

Il manque des trucs là non ?

Test de F1 2015 sur Xbox OneAprès avoir choisi la saison 2015 ou la 2014 qui a été rajoutée en bonus, vous arrivez sur le menu du jeu. Et là, c’est le drame ! Le mode carrière a disparu dans ce nouvel opus. Fini le temps où vous deviez gravir les échelons petit à petit en commençant dans une petite écurie comme Force India avant de pouvoir espérer décrocher votre premier podium. Désormais dans les modes Championnat du monde ou Saison Pro, vous avez votre baquet directement chez les grands comme Mercedes, Ferrari ou Williams le temps de 19 courses (20 pour la saison 2014). Il est sûr qu’il est plus grisant de faire partie du groupe de tête dans le début du jeu et de ne pas finir toujours en queue de peloton mais c’est dommage d’avoir évincer la carrière.

Mais ce n’est pas la seule chose qui a disparu de cet opus qui a suivi une bonne cure d’amaigrissement. Plus de Défis, plus de Season Challenge, plus de multijoueur local en split screen et j’en passe. Mais l’une des plus grosses pertes est peut-être le mode saison en ligne où il était possible de jouer un championnat en coopération avec un ami en étant dans la même écurie ce qui était une très bonne idée. Et comment ne pas citer l’autre grosse perte limite inadmissible avec la disparition pure et simple de la Safety Car. Vous ne verrez la Mercedes AMG GT S seulement sur la grille de départ de la course. Enfin si vous êtes sur les premières lignes puisque celle-ci n’intervient plus en course et les drapeaux jaunes se résumeront à de simples avertissements de la part de votre crew même si une voiture se retrouve en plein milieu du circuit.

Test de F1 2015 sur Xbox OneDonc au final il faut se contenter du mode Championnat du monde avec ses options réglables dédié à tout le monde. La Saison Pro ravira les ceux qui aiment plus le challenge avec des courses dans leur intégralité, des IA plus coriaces, une vue interne imposée, aucune assistance à la conduite et il faut même gérer ses trains de pneus. Les modes Course rapide et Time Attack que l’on retrouve dans tous les jeux du genre sont aussi de la partie. En fait, c’est le mode online du jeu qui semble être le plus complet avec plusieurs degrés de difficulté selon votre niveau de jeu. Les débutants peuvent jouer dans deux modes qui autorisent les aides à la conduite, limitent les dégâts et permettent même de jouer en mode fantôme pour éviter les contacts. Une fois plus expérimenté, vous pouvez vous attaquer aux modes plus difficiles qui interdisent les assistances au pilotage ou qui proposent des courses plus longues. Pour finir vous pouvez courir en conditions réelles sur le même circuit que la dernière vraie course de formule 1 qui a eu lieu ou créer votre propre room avec vos propres conditions de course. Par contre les développeurs ont eu la bonne idée de mettre une option qui permet de mettre les voitures au même niveau en online. Heureusement car tout le monde se jette sur les grosses écuries et se retrouver avec les derniers du classement serait frustrant en course.

Un gameplay fait pour tous

Test de F1 2015 sur Xbox OneComme pour ses prédécesseurs, F1 2015 d’adresse à un large public. Pas besoin d’être un pro équipé d’un volant pour pouvoir y jouer puisque la difficulté du gameplay est déterminée en fonction des aides à la conduite que vous choisissez et des conditions de course. La jouabilité a été revue de A à Z et même si on ne ressent pas une grande différence par rapport à l’opus 2014, que vous jouiez à la manette ou au volant, le jeu répond au doigt et à l’œil et c’est un véritable régal. Après quelques courses on commence vraiment à avoir le coup de main et les chronos au tour s’améliorent petit à petit. Par contre si vous voulez un minimum de challenge, il est conseillé de mettre la difficulté de l’IA au minimum en difficile voir au-dessus si vous ne voulez pas tout le temps obtenir la pole position, faire toutes les courses en tête du début à la fin sans soucis et finir à coup sûr numéro un aux classements pilote et constructeur. Et si vous êtes un fanatique, vous pouvez toujours vous mettre en mode Pro qui supprime les aides à la conduite, la boite automatique, enlève tout l’ATH du jeu ainsi que les rewind et les dégâts seront bien-sûr activés. D’ailleurs il faut taper fort pour abimer votre monoplace et perdre une pièce d’aéro ou une roue alors que l’on voit bien leur fragilité lors des vraies courses.

En pleine course vous avez accès à deux menus : Le premier accessible avec la croix directionnelle permet de régler en temps réel plusieurs paramètres de la voiture comme le carburant, l’équilibrage des freins, l’appui aérodynamique et le type de pneus que vous souhaitez au prochain arrêt aux stands. Le second disponible avec LB permet d’avoir accès à plusieurs informations de course comme votre position, l’état de votre monoplace, les prévisions météo ou vous avez la possibilité de prévenir votre équipe de votre arrivée dans les stands. Ces deux menus ne disparaissent pas en même temps que le reste de l’ATH dans le mode Saison Pro mais les développeurs ont rajouté une petite nouveauté sur cette première version Next-Gen : La prise en charge de Kinect avec la possibilité de communiquer avec votre staff via la caméra. Vous avez juste à ouvrir le menu et dire à haute voix ce que vous voulez. Cela est plus rapide et évite de retirer le pouce du joystick de direction pour valider votre choix.

Pas encore au niveau de la Next-Gen

Test de F1 2015 sur Xbox OneCe F1 2015 bénéficie d’une nouvelle version du moteur Ego Engine de Codemasters développé pour les consoles Next-Gen et Pc histoire de pousser encore plus le réalisme du jeu. Mais je dois dire que je m’attendais à un jeu plus abouti graphiquement. Il souffre d’un effet de flou à l’horizon mais aussi et surtout de screen tearing assez désagréable surtout lorsque vous prenez des virages à plus de 200 km/h. Malgré tout, le titre reste propre sans être exceptionnel pour cette génération de console et tourne en 900p et 60 Fps dans sa version Xbox One. Mais contrairement à un certain Project Cars qui fait de même sur la console de Microsoft, F1 2015 à un framerate à peu près stable quoi qu’il arrive même sous la pluie et il ne souffre d’aucune baisse intempestive gênante. Pour un jeu avec des monoplaces allants à plus de 300 km/h c’est le minimum syndical. Les différentes vues que propose le titre sont immersives et la nouvelle rajoutée que vous pourrez voir dans les deux vidéos présentes dans ce test est pour moi la meilleure. Par contre ce que l’on voit dans les rétroviseurs ne défile pas à 60Fps. Loin de là même…

L’immersion du jeu est plutôt bonne surtout lors des essais libres lorsque vous rentrez dans les stands et lors des quelques secondes qui précédent le début de la course lorsque vous êtes entouré de votre équipe technique. Mais une fois de plus il manque pas mal de petites choses pour que l’ambiance soie fidèle aux grands prix. Lorsque vous fêtez votre victoire, vous semblez être seul sur le podium avec les deux autres pilotes à part sur le circuit de Monaco qui a le droit à une animation spéciale où vous partager votre première place avec votre crew.

Alors que l’opus 2014 est sorti il y a moins d’un an (voir notre test), la franchise de Codemasters fait son arrivée sur les consoles Next-Gen avec F1 2015. Alors est-ce que les développeurs ont assuré pour ce premier jet nouvelle génération ? Est-ce que ce n’est pas une fois de plus une simple mise à jour de contenu ? Réponse dans ce test effectué sur la version Xbox One du jeu. Il manque des trucs là non ? Après avoir choisi la saison 2015 ou la 2014 qui a été rajoutée en bonus, vous arrivez sur le menu du…

Passage en revue

Note générale

Peut mieux faire

Résumé : Pour un premier opus Next-Gen, Codemasters nous propose un F1 2015 loin d’être mauvais mais qui n’est pas non plus exceptionnel. Sur des consoles nouvelle génération sorties depuis fin 2013, on s’attendait à un titre un peu plus travaillé sur le plan visuel et ne pas voir du flou dans les décors et du screen tearing très désagréable. Le titre est bloqué à 900p sur One mais il a au moins le mérite de ne pas souffrir de baisses de framerate importantes qui le rendrait déplaisant à jouer. On peut aussi regretter la disparition d’un nombre important de modes qui limite le choix ou de petites choses niveau animation qui participaient à l’ambiance du jeu. Et que dire de la Safety Car qui a tout simplement été supprimée en course alors que c’est un élément important. Heureusement la prise en main rapide est excellente et le plaisir de jeu est là. On espère juste que tout ce qui a disparu dans cette version 2015 sera de retour l’année prochaine accompagné de tout un tas de nouveautés et des graphismes un cran au-dessus.

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Les plus

 

Les moins

  • Gameplay excellant
  • Framerate à peu près stable
  • Les saisons 2014 et 2015
  • Mode en ligne complet
  • Les différentes vues
  • Système de temps de chargement
  • Le dialogue avec les stands via Kinect
 
  • Disparition de plusieurs modes
  • Plus de Coopération en ligne
  • Plus de Safety Car
  • Le flou dans les décors
  • Le screen tearing

Laisser un commentaire

x

Cela pourrait vous intéresser

Codemasters annonce officiellement Micro Machines World Series

Suite au leak d’avant-hier, Codemasters et Koch Media annoncent officiellement ce jeudi la sortie prochaine de Micro Machines World Series sur Xbox One, Playstation 4 et PC. Dès le 21 Avril prochain, les joueurs auront la possibilité de retrouver la célèbre franchise avec un gameplay classique et des graphismes en haute définition. Le titre proposera plusieurs modes de jeu jouables jusqu’à 12 en ligne ou à 4 en local. Vous retrouverez ci-dessous un premier trailer du jeu accompagné de quelques informations.