Test de Forza Motorsport 5 sur Xbox One

 N’en déplaise à un certain Need For Speed, le jeu de course le plus attendu sur Xbox One (et probablement de toute la next-gen) était bien Forza Motorsport 5. Il est rare de voir un jeu de l’envergure de la franchise de Turn 10 dès le lancement d’une nouvelle console, mais est-ce vraiment le 5ème Forza ou le 1er d’une nouvelle ère ?

Prenons juste 5 minutes pour analyser la montée en puissance de Forza Motorsport. Cette nouvelle franchise s’est lancée sur la première Xbox, pleine d’ambition c’est sûr, mais, pas vraiment plus qu’un « autre jeu de course ». Il faut dire qu’à l’époque il y avait de la concurrence. Le titre s’est ensuite développé sur Xbox 360 pour devenir un jeu incontournable puis LE jeu de course de la Xbox 360, grâce notamment à ses possibilités communautaires qui ont fait exploser sa popularité.

Et nous voilà en 2013 où Forza Motorsport 5 est carrément devenu un titre si important pour Microsoft qu’il a la tâche (combinée à quelques autres titres) de nous donner envie de débourser 500€ pour découvrir la nouvelle génération de consoles de jeu. C’est quand même une promotion assez fulgurante pour Forza et le studio Turn 10.

Starting From the Bottom…

test forza 5 xbox oneAprès une superbe cinématique d’introduction largement dédiée à la beauté automobile et aux nouvelles capacités graphiques de la Xbox One, Forza Motorsport 5 vous place d’emblée dans ce qui est peut-être la voiture de route la plus évoluée technologiquement aujourd’hui (n’en déplaise aux LaFerrari et 918 Spyder) : la McLaren P1. Le lieu ? Le nouvel environnement de Prague.

Le but est évidemment de vous balancer une bonne grosse droite dans la gueule en combinant une grande partie des nouveaux aspects du jeu : nouveau moteur graphique, nouvelle voiture, nouveau circuit, nouvelle gestion des pneus, des suspensions, nouveaux sons, nouvelle interface et nouvelle intelligence artificielle (j’oublie probablement quelques détails supplémentaires). Le résultat est effectivement à tomber par terre et ne fais que gratter la surface de Forza Motorsport 5, mais en grattant, on ne trouve pas que des bonnes nouvelles.

Graphismes et sons

En attendant que les responsables de Microsoft s’entendent sur les chiffres (3x ou 10x plus puissante?) on va dire que la Xbox One est nettement plus puissante que la Xbox 360 et quand on allège son porte-monnaie de 500 boules, on veut ressentir cette puissance le plus tôt  possible. La façon la plus rapide ? Les graphismes !

test forza 5 xbox oneA ce niveau, Forza Motorsport 5 m’est apparu comme absolument monstrueux. En tant que joueur « exclusif » Xbox, je ne joue pas sur PC ni autre plate-forme concurrente. Si j’étais joueur régulier de Project CARS sur un PC de dingue, ce serait peut-être une autre histoire, mais cela n’empêche que Forza 5 est très propre avec notamment un aliasing quasi-inexistant en 1080p. Le jeu est extrêmement « lisse » que ce soit dans les menus ou en piste. Fini les modèles avec « finition menus », « finitions atelier de peinture », « finition autovista » et « finition piste » (enfin il me semble). Les autos sont superbes et tant mieux, après tout ce sont les stars du show et, également, il y en a beaucoup moins.

Beaucoup moins de circuits aussi, donc on s’attend à une sacré évolution et elle est bien présente. Les nouveaux circuits (Spa, Yas Marina, Bathurst notamment) sont fantastiques et encore heureux, mais c’est surtout en roulant sur les tracés précédemment disponibles dans Forza que l’on se rend compte de l’évolution. Un tour sur Indianapolis GP ou Le Mans fait prendre conscience des bénéfices du laser-scanning. Les circuits sont plus « sales », plus précis, et ça les rend plus beaux, plus crédibles.

Le moteur de gestion de la lumière a également été revu mais il ne m’impressionne pas autant que le reste. L’effet d’éblouissement semble avoir été réduit depuis la Gamescom mais la lumière du soleil me paraît un peu artificielle, un peu fake. C’est un peu dommage quand on considère que, de manière générale, les couleurs du jeu semblent moins « flashy » et plus réalistes que par le passé…Mais j’attendrais le retour (éventuel) de Maple Valley pour voir si l’herbe y est toujours vert fluo et les feuilles orange fluo…Petit bémol également au niveau de l’effet de flou des jantes une fois à haute vitesse…Après avoir vu l’effet naturel (aucun effet donc) utilisé par Pictureghost1 pour ses vidéos de Forza 4 moddé, je ne comprends pas pourquoi Turn 10 persiste avec ce « faux flou »…

Mais GROS point positif pour le coté visuel donc, et c’est d’autant plus impressionnant que la technologie des TV est restée la même. Préférez tout de même un écran ou TV compatible 1080p (Full HD) si vous étiez en HD Ready pour le moment. HDMI indispensable.

857875 659139020792860 330087668 O
1262594 659138517459577 2021773319 O
1272032 659138554126240 232238137 O
1275699 659138404126255 916414561 O

Les sons ont changé messieurs, et c’est une petite surprise car la qualité sonore de Forza Motorsport 4 ne laissait pas à désirer, loin de là ! Mais Turn 10 a travaillé à la conception de tous nouveaux sons pour les voitures et les environnements. Les moteurs (peut-être pas tous cependant) ont vu leur sonorité évoluer (je m’en suis rendu compte notamment avec la Skyline R32 GT-R), vous avez peut-être vu ma vidéo avec le son de l’Evo 6 avec la ligne d’échappement directe ? Les pneus aussi ont changé de bruit, leur crissement est très réaliste et se fait beaucoup plus remarquer que dans FM4, leur « souffrance » également quand vous êtes à la limite de l’adhérence, se fait entendre, et c’est un indicateur sonore très important pour le gameplay ! D’ailleurs…Parlons-en…

Le gameplay

test forza 5 xbox oneAyant toujours été le point fort (en ce qui me concerne) de Forza Motorsport. J’avais été assez choqué par l’évolution du gameplay lors de mon premier essai l’été dernier en Allemagne. En gros, impossible d’utiliser ses réflexes Forza 4 dans Forza 5. Honnêtement j’étais tiraillé entre 2 sentiments ; d’un côté l’envie de persévérer pour « dompter » ce nouveau moteur physique et de l’autre côté, l’idée que c’était injouable et que Turn 10 fonçait dans le mur avec ce gameplay.

En lançant Forza Motorsport 5, le constat est immédiat : c’est le gameplay de la Gamescom ! Il ne met reste donc que la première solution : s’adapter. Le gameplay de Forza Motorsport 5 est différent de ce que Turn 10 a fait auparavant. Quand j’y repense, ce n’est pas vraiment une surprise car chaque Forza a un feeling différent, si vous relancez Forza 2, vous le trouverez certainement ridiculement simple alors qu’à l’époque vous luttiez peut-être pour maîtriser chaque auto.

Les points majeurs qui différencient Forza 5 :
• Le freinage
• La gestion de l’espace

Le premier point est simple à comprendre, en gros, il faut ENORMEMENT plus de finesse pour maîtriser le freinage sans ABS dans Forza Motorsport 5 et cela est dû en grande partie à la nouvelle manette. Non seulement l’allonge des gâchettes est différente (plus courte je crois), mais elles sont équipées de moteurs qui vibrent en fonction de vos actions. Pour l’accélération ce n’est pas vraiment un problème, mais pour le freinage, il semble que la véritable puissance de décélération se trouve dans les « 25 derniers % de la gâchette » . Du coup, il faut faire preuve de doigté pour gérer les freinages les uns après les autres. Il est très difficile (au début) de freiner avec force et constance, sans bloquer les roues. Le freinage en courbe est également plus dur et puni par un sous-virage quasi immédiat. C’est tendu mes amis.

1400185 675825445790884 1301364999 O
1397856 672052799501482 1219030136 O
1397076 679225215450907 1281091153 O
1403720 669462476427181 638991494 O

Par « gestion de l’espace » je veux parler de la maîtrise du gabarit du véhicule lorsque vous êtes en bagarre. Les autos me semblent avoir plus d’inertie, plus de poids et quand vous êtes à 2 ou 3 de front avant d’attaquer un virage, les choses se compliquent fortement. Il est plus compliqué de gérer son auto (en comparaison avec FM4 encore une fois) donc imaginez le faire sans transformer la course en Destruction Derby

Tout cela va dans le sens d’une plus grande maîtrise nécessaire pour emmener votre voiture de façon rapide et consistante autour de n’importe quel circuit. On a tendance à penser qu’une simulation se DOIT d’être difficile non ? Donc j’imagine que ça va dans la bonne direction.

En ce qui me concerne, j’adore cette nouvelle physique, la manette permet de ressentir les pertes d’adhérence et d’ajuster sa conduite en temps réel pour se tirer d’une situation périlleuse (tête à queue sorti de nulle part, chose qui ne m’arrivait jamais dans FM4). Je trouve absolument incroyable le niveau de maîtrise que Turn 10 a pour le gameplay manette, n’ayant jamais essayé le jeu au volant, je ne peux malheureusement pas vous en parler mais j’ai du mal à croire que ce ne soit pas également jouissif.

Le Drivatar est de retour

L’un des arguments majeurs de la communication de Turn 10. Vous vous rappelez peut-être de la présentation de Dan Greenawalt à l’E3 : « Le Drivatar signifie la fin de l’Intelligence Artificielle ». C’était une déclaration assez ambitieuse…et je dois dire que le Drivatar est l’un des points les plus positifs du jeu !

Via une technique un peu trop compliquée pour moi, Microsoft récupère les habitudes de pilotage des joueurs humains pour les opposer à vous en course lorsque vous jouez en carrière. L’un des premiers points positifs est le fait de voir des IA (parce que c’est bien toujours de ça dont il s’agit) avec le Gamertag du joueur qu’ils représentent) mais aussi leur livrée. On a donc, visuellement, l’impression de jouer en ligne. Ensuite il y a le comportement.

Les Drivatars se comportent d’une façon non comparable avec l’IA des autres jeux. Dans Forza 4, je pouvais doubler une IA et l’oublier immédiatement, désormais, les drivatars adverses tenteront de répliquer et ce, souvent dès le virage suivant ! Il n’est pas rare de dépasser et de se refaire passer car on a pas protéger l’intérieur. Cela crée une incertitude qui ressemble à du jeu online mais seul !

test forza 5 xbox oneEvidemment tout n’est pas rose, les IA semblent fonctionner par « séquences » et une à la fois. Par exemple, si deux IA se battent et qu’une passe l’autre, l’IA dépassée va souvent tenter de prendre immédiatement son aspiration, sans regarder si vous êtes là (en gros vous foncer dedans sans remarquer que vous étiez déjà en train de prendre l’aspi). Mais leur plus gros défaut c’est le retour sur piste. Lorsque qu’ils sortent de la piste, les Drivatar y reviennent le plus directement possible sans regarder si elles vont gêner qui que ce soit déjà en piste ! Cela donne lieu à des carnages assez hallucinants et souvent assez marrants, enfin, si vous ne faites pas partie des victimes…

Les Drivatars évoluent à chaque course en fonction de votre comportement, c’est une sorte d’éco-système parallèle qui est un excellent ajout, ou plutôt retour dans Forza Motorsport. Le drivatar est next-gen, le gameplay est next-gen, les sons sont next-gen, les graphismes sont next-gen…c’est le jeu parfait ou quoi ? Non, pas vraiment.

Forza Motorsport One

Il y aura une grosse différence de perception entre celui qui achète une One et lance FM5 comme son premier Forza et celui qui a, au moins, longuement joué à Forza 4. Des fois, j’ai l’impression que ce n’est pas le cinquième Forza mais le premier d’une nouvelle ère. Tout d’abord, il y a le contenu. Mon circuit d’essais « officiel » dans Forza, celui que j’utilise toujours pour « calibrer » mes autos, c’est le Mugello. Pas de Mugello. Quand je ne vais pas sur le Mugello, je me dirige vers Suzuka, mais pas de Suzuka. J’avais prévu de faire des vidéos « Tsukuba Power Lap » sur Youtube mais pas de Tsukuba et j’arrête là car vous savez que les circuits ont vu leur nombre RADICALEMENT diminuer dans ce nouveau jeu. Ensuite il y a les voitures, de 600+ à 200+ ! Alors, pardonnez-moi mais je ne regrette pas l’absence de la Mazda Axela 23S ou même de la Nissan Sentra SE-R, cependant, de (très) nombreuses autos ont été effacées alors que l’on apprend (enfin) que certaines d’entre-elles étaient non conformes…Ça fait un peu tâche…

En prenant en compte le niveau de modélisation des nouveaux joujou (voitures+circuits), l’absence de contenu est *compréhensible*, ce qui l’est moins c’est de voir le contenu FM4 ré-apparaître sous forme de DLC payants et sans voiture échantillon (gratuite) ! Sur les 60 autos proposées avec le Season Pass, combien seront « 100% nouvelles » (je veux dire jamais vues dans un précédent Forza, Horizon compris) ? 10 ? Moins ? Et que dire de ces options « Need-For-Speed-esque » pour débloquer des voitures ou des niveaux en payant avec des jetons (€€€) ? Cette infiltration (toutefois discrète) des micro-transactions semble également aller à l’encontre de l’idée d’appartenance que prône Turn 10 pour le mode carrière.

test forza 5 xbox oneEnsuite il y a les options qui ont disparu sans que cela ait le moindre sens. On ne change pas une équipe qui gagne, mais chez Turn 10 si. La « vitrine » a disparu, probablement l’un des outils communautaires les plus puissants jamais vu dans un jeu de course. Il n’est pas possible de partager ou donner des articles, des livrées, des décals, des voitures, il n’y a plus de Club Automobile (…).

Quand on pense à l’évolution d’une franchise, jeu après jeu, on se dit souvent que ce qui ne marche pas sera retiré et que ce qui marche sera amélioré, mais ici, ce qui marche est également retiré. Pourquoi ? Manque de temps ? Rush pour respecter le timing (méga serré) de la sortie de la Xbox One ? Questions, questions, questions…

 N'en déplaise à un certain Need For Speed, le jeu de course le plus attendu sur Xbox One (et probablement de toute la next-gen) était bien Forza Motorsport 5. Il est rare de voir un jeu de l'envergure de la franchise de Turn 10 dès le lancement d'une nouvelle console, mais est-ce vraiment le 5ème Forza ou le 1er d'une nouvelle ère ? Prenons juste 5 minutes pour analyser la montée en puissance de Forza Motorsport. Cette nouvelle franchise s'est lancée sur la première Xbox, pleine d'ambition c'est sûr, mais, pas vraiment plus qu'un « autre jeu de course ».…

Passage en revue

Note générale

Forza Duality

Résumé : J'ai l'impression qu'à chaque fois que Forza Motorsport 5 me donne quelque chose, il m'en reprend une autre ailleurs, et s'installe alors le bizarre sentiment du « hmmm... ». Il devient difficile d'aimer le jeu dans son ensemble. Plusieurs fois il m'est arrivé de me dire « mais bordel, ils sont sérieux là ?!!? » avant ou après m'être dit « mais laisse tomber comment il tue ce jeu ». Mais quel sentiment domine ? Il doit forcément y en avoir un ! Je pense que la différence fondamentale se situe au niveau d'une simple question : Avez-vous acheté la Xbox One ? Ceux qui ont fait le choix, depuis des mois en pré-commandant ou en payant le jour même, d'acheter la Xbox One seront moins enclins à dénigrer le jeu (sans pour autant ignorer les manquements comme un vulgaire fanboy) par rapport à ceux pour qui le mur de 500€ est toujours un peu trop haut à franchir. Forza Motorsport 5 est un excellent jeu. Sous ses airs de Forza One ou Forza Motorsport 5 Prologue, on peut entre-apercevoir le potentiel futur du jeu. Celui que l'on attend de voir se réaliser depuis des années, vous savez avec les arrêts aux stands, la stratégie, les courses de nuit, la pluie en temps réel et tout ce qui s'en suit. Le truc c'est que, choix de design ou pas, si Turn 10 ne sait pas le faire, probablement que personne ne le peut. Project CARS, veux tu bien, s'il te plaît, me faire mentir ?

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Les plus

 

Les moins

  • Techniquement au top
  • Graphismes
  • Sons
  • Gameplay
  • Disponible dès la sortie de la One
  • Drivatar
  • Autovista sublime, pour ceux que ça intéresse
  • Les nouveaux circuits
  • Voitures à suspensions apparentes
 
  • Grosse baisse de contenu
  • Options qui disparaissent sans raison (Vitrine, Club Auto…)
  • Toujours pas de météo, nuit
  • Les stands ne réparent toujours pas l’aéro
  • Zéro animation dans les stands
  • Direction design du jeu étonnante (Forza *Motorsport*)

Laisser un commentaire

x

Cela pourrait vous intéresser

XBR Forza Horizon Showroom – Toyota Corolla SR5 Old School Style

Après le petit Toyota FJ40 Red Bull que je vous ai proposé hier, voici une autre voiture de la marque japonaise qui est disponible dans notre showroom Forza Horizon 3 et bien-sûr dans le jeu. Il s’agit d’une Corolla SR5 que j’ai voulu assez simple avec un paintjob tout droit sorti des années 70 avec le jeu logo de Toyota dessus. Sur ce modèle j’ai préféré laisser les jantes d’origine avec une taille supplémentaire mais vous pourrez choisir ce que bon vous plait !