Actu auto/moto

Pour l’amour des petites sportives

Quand une nouvelle McLaren, Lamborghini ou Ferrari est annoncée, on sait que son arrivée dans un Forza n’est qu’une question de temps. Les super et hypercars sont clairement les véhicules les plus demandés par la majorité, mais qu’en est-il des bolides que la même majorité aurait pu se payer à l’époque? Je veux parler des bombinettes ou « GTI ». En voici une poignée qu’il nous faut dans Forza Motorsport!

Trois ou quatre fois moins de puissance, des moteurs 4 cylindres qui parfois, ne dépassent même pas les 100 chevaux et quasiment toujours 2 roues motrices! Ca sonne comme une citadine, ça sonne lent et pas très excitant. Techniquement de nos jours ça l’est, mais le plaisir est ailleurs. Si vous avez un peu de vécu, vous savez qu’aller vite dans une voiture lente est souvent plus fun que l’inverse, surtout quand la voiture est vive et réactive.

Beaucoup de véhicules de nos jours sont très performants mais distillent cette performance de manière aseptisée et presque sans le moindre effort, ce sont les avantages et inconvénients de la modernité. Désormais, les moteurs sont turbocompressés avec un couple très élevé mais très bas dans les tours, une plage d’utilisation assez large, un rupteur bas, des boites de vitesse automatiques multidisques, différentiels intelligents, pneus plus larges, aspect sécuritaire de premier plan et tout cela donne un poids élevé (en moyenne, +300 kg en 30 ans).

Maintenant imaginons l’inverse. Petit moteur (souvent atmo), petits pneus, pas de différentiel ou différentiel ouvert, sécurité quasi inexistante (zéro aides à la conduite) et poids plume (parfois proche de 700 kilo)! C’est la recette des bombinettes des années 70/80/90, représentée fièrement par la toute première Volkswagen GTI qui, dès 1976, a ouvert les yeux des constructeurs automobiles… Et des amateurs de sensations! Evidemment celle-ci est déjà dans Forza Motorsport depuis longtemps (et à juste titre!) donc je ne vais pas m’attarder dessus. Dans cet article, je souhaite évoquer des modèles un peu plus « obscurs », peut-être inconnus ou oubliés mais qui, vague des Youngtimers ou pas, méritent d’être célébrés et pourquoi pas modélisés pour l’éternité en jeu vidéo. Parmi ces bombinettes, j’ai choisi principalement les plus petits véhicules, donc ne soyez pas surpris de l’absence d’une Renault 5 par exemple…

Citroën AX GT Sport (87/95)

Il y a bien eu une AX GTI, brièvement, au début des années 90, mais la reine du rapport poids/puissance c’est celle-ci, la GT Sport. A peine moins puissante que la GTI (95cv contre 100 tirés d’un 4 cylindres 1.3 litre), la GT Sport est plus légère de 80 kilogrammes pour atteindre un choquant 715 kg (tous ces poids sont probablement à vide mais quand même) sur la balance!

Imaginez 95 chevaux pour moins de 800 kg vous à bord, sur des pneus en 165 et jantes de 13 pouces, ça c’est du sport! Le 0-100 prend moins de 9 secondes et la vmax est un effrayant 186 km/h. Pas besoin d’aller vite pour se faire peur! Sachez que l’AX a également été vendue en version 4 roues motrices, ce modèle, plus lourd, ne pesait tout de même que 848 kg. Fantastique.

Histoire de bien situer l’écart en termes de philosophie entre l’Europe et les USA à l’époque, en 1987, une Ford Mustang d’entrée de gamme utilisait un 4 cylindres 2.3 litres de 90 chevaux et 165 newton mètre. Le poids: 1236 kg. Le rapport poids/puissance est donc nettement à l’avantage de la petite française (7.5 contre 13.7). Pour les fans de la marque à l’ovale bleue, n’ayez crainte, Ford a également contribué à l’histoire des bombinettes dans les années à venir! Citroën n’a pas hésité à utiliser son AX en compétition dans l’incroyable championnat supertourisme de l’époque en France. Turbocompressé, le modèle développe alors 380 chevaux avant de dépasser les 500 avec moteur 1.6 litre. En Espagne, c’est pour le rallye que l’AX a été transformée avec un compresseur et turbo, 4 roues motrices et un autobloquant de génie qui gère la puissance sur chaque essieu. Cliquez ici (redirection stav-tech Facebook) pour voir l’étendue de la folie dont je parle.

L’AX était clairement plus qu’une petite citadine piquante.

Côte: Environ 4.000€*

FIAT Uno Turbo IE (85/93)

Le carton réalisé par la VW GTI voit presque tous les constructeurs généralistes s’essayer à la recette de la petite voiture au grand cœur. FIAT prend sa gentille Uno et lui colle un turbo IHI (origine Japon) qui souffle à tout juste 0.55 bar. Pas de quoi affoler la galerie, sauf que l’auto ne pèse que 845 kilogrammes en sa première génération (925 en gen2 à partir de 1989)! Avec 105 chevaux et 147 newton/mètre dès 3200 tours (passera ensuite à 115ch et 165nm mais avec le poids + élevé), la Turbo IE atteint 100 km/h en moins de 8.5 secondes, on parle de 1985 rappelez-vous!

Toujours est-il que les jantes alliage ne mesurent que 13 pouces et sont entourées de pneus en 175 et flanc de 60 donc, comme souvent avec ces bombinettes, il fallait être un peu cinglé pour rester à fond au delà de la 4ème! Comme pour beaucoup de ces petites machines, c’est sur les rallyes asphaltes et dans les championnats de course de côte qu’elles ont tâté la compétition avec de probables résultats du côté transalpin.

Sans surprise, la petite UNO a pris du poids au fil du temps avec de plus en plus d’équipements typés confort ou sécurité comme un système Antiskid (similaire à l’ABS mais moins efficace et ne fonctionnant que sur les roues avant dès 1987), tapis de sol, cuir, velours, boite de vitesse dérivée de la Tipo, toit ouvrant, fermeture centralisée, vitres électriques etc etc.

Etonnamment, la Turbo IE est équipée d’un double réservoir d’essence pour une capacité totale de 48 litres, juste assez pour arsouiller une bonne demi heure n’est-ce pas?

Côte: Environ 15.000€*

Opel Corsa A GSI (87/93)

Chez Opel, pas de GTI mais plutôt une GSI, le badge apparait sur la petite Corsa de première génération (A) à partir de 1987. La recette de légèreté est toujours au programme avec moins de 900 kilogrammes pour cette citadine 2 portes aux roues avant motrices. Le moteur est une fois encore tiré d’une grande sœur (ici la Kadett) est c’est un 1.6 litre 4 cylindres de 100 chevaux (à5600 tours). La puissance peut sembler juste mais le couple de 135 newton/mètre est disponible depuis 3400 tours/minute et donc le punch est accessible assez tôt, sans suralimentation!

L’esthétique a également grandement aidé l’image de la GSI avec des ailes élargies façon E30 M3, avant et arrière, et des jantes « triples branches », totalement dans le ton.

Dynamiquement, pas au niveau de la concurrence d’après ce que j’ai pu lire et la réputation globale des Opel de l’époque, souvent dépassées par leur moteur. Cela n’a pas empêché les fans de la marque et de sensations fortes de profiter de la légèreté du modèle pour l’entrer en compétition, une fois encore dans des évènements locaux du type course de côte. En Allemagne, des motoristes comme Spiess ou Veytal peuvent pousser le petit 8 soupapes vers les sommets, sans parler des swaps fréquents de type C20XE ou C20LET en restant sous le giron de la marque à l’éclair.

Côte 2022: Environ 7.500€*

Ford Fiesta RS Turbo

Produite entre 1990 et 1992, la Ford Fiesta RS Turbo arrive sur le tard dans la bataille des GTI. Elle est plus puissante, plus coupleuse, plus lourde aussi (945 kg). Avec presque 190 nm de couple aidé par un turbocompresseur Garrett T02 (avec échangeur), le moteur 4 cylindres 1.6 litre nécessite des « larges » pneus en 185 pour faire passer la cavalerie au sol. Avec 8 secondes au départ arrêté et plus de 210 km/h en pointe, on entre presque dans une autre dimension, mais l’esprit GTI est un peu perdu.

Le châssis est considéré comme dépassé par la puissance (le couple surtout), pas aidé par une commande de boite floue et une direction trop longue. Les freins en tambour à l’arrière, comme sur la totalité de ses rivales, commencent à être un peu juste pour ce niveau de puissance (133 cv).

Tout cela est évidemment effacé ou réduit une fois que la piste devient le terrain gardé du véhicule. Le catalogue de pièces Ford Performance notamment sur les Escort et Sierra contemporaines a de quoi aider, pas vraiment pour ajouter de la puissance mais plus gérer la motricité et stabilité de l’engin. Certainement pas la Ford RS la plus connue, mais elle mérite de sortir de l’obscurité!

Une chose qui est sûre, c’est que trouver des exemplaires en bon état et proche de l’origine semble très difficile dans le cadre d’une modélisation en jeu vidéo, mais avec les contacts étroits que Turn 10 semble avoir avec Ford, je pense que si volonté il y a, une RS Turbo « état concours » pourrait sortir de nulle part en peu de temps.

Côte: Environ 15.000€*

Nissan March Super Turbo (89/92)

En tant que gros fanboy Nissan que je suis, difficile de ne pas évoquer un modèle datant du début des années 90, la meilleure période de l’histoire de la marque (à tout jamais il semble vu ce qui sort des concessions en ce moment)!

C’était une époque ou les japonais voulaient dominer avec la technologie (ce que les Coréens font avec un énorme succès désormais). Nissan décide d’utiliser un tout petit 4 cylindres en ligne de 930 cm3, 8 soupapes, et de lui coller à la fois un compresseur et un turbo, d’où le nom SUPER (charger) TURBO (charger). Avec un taux de compression improbable de 7.7, le moteur MA09ERT développe 110 chevaux (6400 tours) et 130 nm (4800 tours)!

Encore une fois, la March (Micra chez nous), est poids plume! 740 kg annoncé! Du coup cette puissance assure un 0-100 assez incroyable sous les 8 secondes et 180 km/h en pointe. Plébiscitée par le public car choisie par vote au Tokyo Motor Show de 1981, la première génération de March (K10) apparaitra bien en compétition notamment dans la « March Little Dynamite Cup Race« . Dans cette configuration produite par NISMO, la petite citadine est équipée d’un compresseur et d’un turbo. Il faut croire que Nissan a été suffisamment impressionné par le résultat pour reprendre les ingrédients et les apporter au modèle routier. D’une certaine manière la March Super Turbo est donc une « homologation special »!

Même avec un arceau cage, barres stabilisatrices et antiroulis de plus gros diamètre et des pneus plus larges (185/60 R14 contre 175/65 R13), la version de course descend à un poids hallucinant de 620 kg.

Bon vieux Nissan, ou es tu passé?

Côte: Environ 15.000€*

Il y a beaucoup d’autres modèles qui méritent considération:

  • Simca 1100 TI (73/79)
  • Alfa Roméo Alfasud 1.5 TI (78/80)
  • Peugeot 106 S16 (95/03)
  • Renault Twingo RS (08/13)
  • Honda Beat (91/96)
  • Honda S660 (15/22)
  • Mazda Autozam AZ1 (92/94)
  • Suzuki Cappuccino (91/98)
  • VW Lupo GTI (01/05)
  • Toyota Starlet GT Turbo (90/95)
  • VW Up GTI (18/–)

La recette reste la même et les Volkswagen UP GTI et Honda S660 (exclusivement en Asie) montre qu’un intérêt pour la « légèreté sportive » existe toujours sans forcément partir chez Caterham ou Ariel. Par contre, avec la poussée vers l’électrification voulue par les gouvernements du monde entier, il y a peu de chance que ça dure et que de tels modèles reviennent. Même avec la magie de la miniaturisation, si disant dans 10 ans les véhicules électriques peuvent être beaucoup plus légers, il est quasiment impossible qu’ils distillent les sensations de ces bombinettes. Parfois basiques, spartiates, pleines de défauts ou tout simplement dangereuses, elles ont quand même rassasié les fans de sensations qui ne pouvaient s’offrir un coupé ou une berline sportive. Pour toutes ces raisons, je pense qu’elle mérite l’honneur d’être modélisées « pour la postérité » dans un jeu d’envergure de type Forza. Et Turn 10 nous a montré qu’ils étaient ouverts à plus que des Muscle et Hypercars, dans Forza Motorsport 7, des véhicules urbains très légers sont présents du genre VW Scirocco S, Ford Fiesta XR2 ou encore Honda CRX Mugen

Les bombinettes méritent une place plus proéminente dans Forza Motorsport, que ce soit en petit modèle pour débuter sa carrière ou autre, car une fois des modifications appliquées, le potentiel est évidemment décuplé. Peut-être qu’un peu d’influence des anglais de Playground Games a qui on doit par exemple l’arrivée de la Peugeot 205 Rallye dans Forza Horizon pourrait aider. Dans tous les cas, la Ferrari SF90 Stradale c’est bien mais mettre des AAC, un boitier 4 pap et des slicks en 225 sur une AX GT Sport ça peut être pas mal aussi!

*Toutes les côtes sont basées sur des recherches sur le marché de l’occasion au moment de la publication de l’article, via le site autoscout.de, réglé en recherche dans toute l’Europe. Pour la March Super Turbo, j’ai utilisé goo-net.

Sources: Google Images, autotitre, delessencedansmesveines, automobile-sportive, wikipedia, autoscout, zeperfs

Articles Similaires

Tchèque et mat: La Praga Bohema

Monkey

Puissante, exclusive et historique: La nouvelle BMW 3.0 CSL

Monkey

Musique: Des V10 et V12 Lamborghini sur Spotify

Monkey