Car Mechanic Simulator Nos tests

Test de Car Mechanic Simulator sur Xbox One X

Sorti en 2017 sur PC via la plateforme Steam, Car Mechanic Simulator est enfin disponible sur Xbox One (et PS4) depuis le 25 juin dernier. Vendu la modique somme de 30 euros, il permet à chacun de s’essayer à la mécanique virtuelle. Vaut-il le coup? Nos impressions gants à l’appui!

Knowledge is Power

En ce qui concerne le partage de la connaissance, notre époque est probablement la meilleure. Grâce à l’internet, puis Google, Youtube et désormais les réseaux sociaux, il est plus simple que jamais d’être au courant et de savoir comment fonctionnent les choses, mais ce n’est évidemment pas sans inconvénients. De nos jours, des millions d’internautes se considèrent pseudo-spécialistes en la matière car ils ont lu et vu quelque chose suffisamment de fois pour se sentir experts. Nous en sommes tous coupables mais il est important de distinguer la théorie et la pratique. Les mondes de l’automobile et de la mécanique n’y échappent pas mais, heureusement, Car Mechanic Simulator est là pour ajouter un peu de pratique virtuelle à votre accumulation de savoir.

Quelque part sur internet:

  • A – Me faut plus de puissance, je pense mettre un DET dans ma P10…
  • B – Swap GTI-R? Tu vas mettre quoi comme boite?
  • A – Boite d’origine, juste embrayage renforcé.
  • B – Ouh, ça va être short. Et les cardans?
  • A – Origine.
  • B – Aussi? Tendu, et puis il va te falloir une gestion, un kit gros freins ou au moins des étriers de 32…
  • A – T’inquiètes.

C’est le monde merveilleux de l’internet avec sa simplicité, mais à part si on sait vraiment de quoi on parle, la main d’œuvre et le taux horaire peuvent faire exploser tout budget. par ailleurs, les joueurs Xbox sont habitués aux swaps V8 bi-turbo et 4 roues motrices en 4 clics. Time to get real (ish).

A la recherche du bon mécano

Car Mechanic Simulator démarre avec une cinématique qui nous met d’emblée dans le bain: La recherche puis découverte d’un “trésor de grange”, une vieille relique à retaper pour le plaisir de l’automobile et, éventuellement revendre pour financer sa prochaine aventure! On fait ses premiers pas dans un mode “tutoriel” minimaliste qui n’offre que très peu d’explications. En gros, vous devez apprendre sur le tas (en fonction du niveau choisi avant de se lancer dans l’aventure. Ce mode “débrouillard” permet de se familiariser avec le fonctionnement du jeu et les actions que vous allez devoir répéter très souvent à savoir; Démonter, évaluer, réparer ou remplacer puis remonter! Une fois que tout est fait, vous pouvez faire un “test drive” sur une piste spécifique histoire de “valider” votre travail. Le tuto se déroule dans un garage au style assez “ghetto” mais bien équipé. Vous disposez de nombreux outils et postes de travail pour effectuer toutes les réparations que vous considérez comme nécessaires. Tant que vous êtes en mode tuto, vous avez carte blanche car, d’une part, les fonds ne sont pas un problème (il suffit de revendre la pseudo Audi également présente dans le garage) et d’autre part, la voiture sur laquelle vous travaillez est considérée comme vôtre. Vous pouvez donc tout changer ou remettre à neuf (d’origine) si vous le souhaitez! Histoire d’en apprendre un max, cette 1ère auto est une véritable ruine aussi bien niveau chassis que moteur, pneumatiques, carrosserie, peinture et intérieur, tout est à refaire! Heureusement, de nombreux magasins de pièces sont disponibles pour offrir une seconde jeunesse à votre engin. Vous y trouverez des remplacements “OEM” pour tout le nécessaire et même le superflu (tuning) et c’est là une opportunité de découvrir les possibilités qui s’offrent à vous. Nouvelles jantes, nouveau moteur, nouveaux sièges, le choix est assez important!

Retour à zéro

La fin du tuto fait office de diplôme et vous pouvez vous lancer avec votre propre affaire: Mécano et chef d’entreprise! Pour que votre statut ne soit pas aussi précaire que celui d’un auto-entrepreneur, vous devrez régulièrement consulter votre téléphone pour regarder et accepter des demandes de réparations plus ou moins complexes. Fini le garage tout équipé, vous débutez dans ce qui s’apparente à une double garage individuel (en longueur) pourvu de quelques équipements (pneus, équilibrages, suspensions) mais surtout du sacro-saint “pont automobile”. A vous les joies des vidanges et vérifications en tout genre. Niveau gameplay, tout se joue en vue à la première personne mais sans jamais voir vos mains, ce qui est un peu dommage mais compréhensible. Le jeu utilise un système de code couleurs pour vous expliquer ce que vous pouvez démonter de suite (en vert), ce que vous devez démonter d’abord avant d’atteindre votre pièce (en rouge) et en jaune/orange, la pièce qui vient ensuite ou le fait de devoir accéder la pièce d’un autre endroit (sous la voiture via le pont ou directement dans la baie moteur voiture au sol par exemple). Une fois les pièces retirées, vous pouvez les consulter dans votre inventaire et surtout, connaitre leur état. Généralement si c’est rouge c’est bon pour la poubelle et nécessite un remplacement immédiat. En appuyant sur la touche “back”, vous pouvez ajouter la pièce à la liste des choses à acheter, ce qui facilité énormément la vie quand vous consultez les sites de pièces. Cependant, le fait que la liste ne soit pas purgée à chaque nouveau contrat de travail rend les choses plus confuses que nécessaire…

Les demandes des clients sont plus ou moins claires et raviront ceux qui ont une bonne connaissance de base de la mécanique tout en éduquant les autres. Si vous vous demandiez pourquoi certaines personnes préfèrent amener leur voiture à la casse plutôt que d’entreprendre certaines réparations, vous allez comprendre pourquoi! De manière générale, il est vraiment “fun” d’enquêter sur les problèmes de différents modèles, les clients sont souvent vagues dans leurs explications du genre “il y a un bruit à l’arrière”, “le moteur fait un bruit nouveau” ou tout simplement “la voiture ne démarre plus”. Dommage que la majorité des véhicules soient fictifs, en effet seuls Mazda et Jeep sont présents de manière officielle dans le jeu (mais en décrochant un succès j’ai remarqué un logo Lotus sur une jante). Par contre, Car Mechanic Simulator est tellement minimaliste dans ses explications que vous pourrez aisément vous retrouver perdu et frustré. En effet, le “billet de réparation” évolue au fur et à mesure de votre travail, vous pouvez y visualiser les problèmes trouvés et corrigés et ceux que vous n’avez pas encore traités (ou trouvés). Il arrive fréquemment que des silentblocs soient les coupables donc pensez à en acheter plein et toujours remplacer par du neuf! Tous les clients sont différents et certains exigent une certaine qualité (remplacer avec des pièces 100%) alors que d’autres, probablement pour des questions de budget, n’exigent que le remplacement de pièces en dessous d’un niveau d’usure bien précis.

En enchaînant les réparations, vous gagnez de l’argent mais aussi de l’expérience. Avec l’argent, vous pourrez éventuellement aller chercher des trésors de grange à retaper pour un gros profit (et votre kiff de mécano) et avec l’expérience vous faites évoluer votre personnage et garage. Vous pourrez devenir plus rapide, démonter/remonter beaucoup plus vite, faire plusieurs choses à la fois et disposer de plus d’outils afin d’accepter des commandes de plus en plus complètes!

On peut quand même regretter un manque de profondeur au niveau de la relation client, en effet, ceux-ci sont “parfaits” et paieront toujours (en même temps c’est sensé être un engagement légal) et on ne vous impose jamais de deadline (délai convenu) ce qui n’est pas très réaliste. Etant donné que vous passerez beaucoup de temps à commander des pièces, le chatpad qui se colle sous la manette (ou un simple clavier USB) sera votre meilleur ami dans CMS! Par contre, attention aux accents et fautes de frappe, les vôtres et celles présentes dans le jeu! Vous aurez beau chercher, vous ne trouverez pas les fameuses suspensions dont vous avez besoin quand le jeu écrit “supensions”.

Comme indiqué plus haut, il existe également un gameplay “conduite” mais celui-ci n’est vraiment pas le coeur du jeu. Si les graphismes sont passables en temps normal (travailler sur les autos), ils deviennent assez médiocres en dehors du garage. D’ailleurs, les possesseurs d’Xbox One X seront sûrement déçus d’apprendre que Car mechanic Simulator ne dispose pas de version “Enhanced” pour tirer profit de la puissance supérieure du modèle, bien dommage quand on voit la finesse du titre sur PC…

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie