Monster Energy Supercross : The Official Videogame 3 Nos tests

Test de Monster Energy Supercross 3 sur Xbox One X

Milestone ne connaît qu’une vitesse et c’est à fond, du coup, un nouveau jeu de supercross sort de leur studio à peine 1 an (au jour près) après le précédent! Monster Energy Supercross 3 promet de valoir le coup grâce à un tas de nouveautés, mais le gameplay sera t’il à la hauteur? Nos impressions à la suite.

Les nouveautés du “3”

  • Teams officielles : Pour la première fois, les teams officielles du championnat Monster Energy Supercross peuvent être rejointes par le joueur durant la carrière. Choisissez votre sponsor ou sélectionnez une équipe officielle du championnat 2019 afin de devenir co-équipier des riders de pointe!
  • Éditeur de pistes : Faites preuves de créativité et utilisez la puissance de l’éditeur de pistes. Vos créations peuvent ensuite être partagées, téléchargées, recevoir des votes et être utilisées aussi bien hors ligne que lors de championnat personnalisés en ligne!
  • Compound officiel et coop : Cette année, vivez une expérience co-op et ridez avec vos amis la légendaire Supercross Test Area qui se situe en Californie. Entraînez-vous, faites la course ou baladez-vous librement dans la plus grande zone jamais réalisée.
  • Directeur de course : Créez les meilleures compétitions en ligne en contrôlant et gérant les courses multijoueur. Déterminez les positions de départ, les pénalités, les conditions de course, modifiez les résultats finaux et décidez quel joueur suivre avec la caméra en direct.
  • Femmes riders : Il est désormais possible de créer des personnages féminins en utilisant différents modèles avant de partir à la quête du titre de champion Supercross!
  • Nouveaux serveurs dédiés : Monster Energy Supercross est plus multijoueur que jamais. Profitez de l’expérience online avec de nouveaux serveurs dédiées et découvrez le mode directeur de course.

A la minute près

Milestone maîtrise son sujet, en tout cas en ce qui concerne le délai de développement d’un jeu de moto, car celui ci sort, à un jour près, au même moment que son prédécesseur. Axé pour le public US en reprenant le championnat du pays de l’Oncle Sam, “MESX3” se déroule majoritairement en intérieur, dans des stadiums ou “arenas” comme aiment nos amis yankees. Personnellement, je préfère le plein-air et la franchise MXGP, mais celle-ci ne devrait pas tarder étant donné la productivité de Milestone.

Si vous avez joué aux anciens MESX, vous ne serez pas dépaysés avec l’obligation de créer un personnage au lancement. L’éditeur est des plus classiques avec tout un tas de modèles proposés pour vous distinguer des autres. Cette fois-ci vous pourrez même incarner une fille avant de dominer les catégories 250 puis 450, ce qui est très cool.

Une fois le personnage validé, il est temps de se retrouver en piste pour une première course “didacticiel” et donc une première opportunité de tester le gameplay de la bête. Avant cela, vous pourrez évidemment régler tout un tas de paramètres rendant le jeu plus ou moins difficile et plus ou moins assisté. Le départ de la course est désormais plus clair avec une aide audio qui permet de mieux anticiper l’accélération initiale. On évite donc les frustrations passées mais les holeshots ne sont pas garantis tout autant, donc ce nouveau système est bon sur les 2 niveaux.

Par contre, dès les premiers tours de roue, les frustrations inhérentes aux jeux de super/motocross sont de retour. Pour un type de jeu qui nécessite plus qu’aucun autre un “rythme” spécifique, les développeurs n’ont toujours pas su enseigner aux joueurs les bases. Le résultat initial c’est un rider immensément trop raide, qui ne répond pas comme on s’y attend. Du coup, vous aurez vite fait de rater des sauts, sauter trop loin, pas assez loin, vous sortir, être sorti par l’IA ou être stoppé par les délimiteurs en bord de piste pendant que la meute vous passe sous le nez.

Par défaut, une ligne bleu (le “flux”) vous indique les sauts à effectuer mais elle n’est pas d’une grande aide car sans variation de couleur, on ne sait pas forcément si on arrive sur l’obstacle à la bonne allure. Il aurait été plus efficace d’utiliser des codes couleur pour indiquer aux joueurs d’arriver plus ou moins vite ou d’effectuer une plus ou moins grosse compression afin de passer un ensemble de bosses d’un seul coup. Donc, hormis si vous êtes un méga-fan du championnat et que vous connaissez les pistes par cœur, vous passerez vos premières heures à devoir ré-apprendre le rythme de chaque tracé. A cette fin, il peut être intéressant de commencer la carrière avec un réglage plus proche de la réalité avec différentes séances notamment pour les essais. Cela laisse le temps de se familiariser avec la piste et commettre les erreurs en début plutôt que fin de week-end.

Malheureusement, la rigidité du rider reste (pour moi) un point négatif qui perdure dans le temps. C’est à croire que Rainbow Studios était composé d’extraterrestres venus sur terre pour nous proposer un gameplay décent sur MX vs ATV Reflex et Alive (je dis bien décent et non pas réaliste car je ne pense pas avoir jamais joué à une “simu” de motocross). En ce qui me concerne, il est clair qu’un jeu de MX/SX digne de ce nom doit disposer d’une physique très poussée en ce qui concerne le mouvement de la moto bien sûr, mais également des épaules et genoux du rider. Cependant, en proposant 2 jeux tous les ans, je vois mal Milestone trouver le temps de révolutionner le genre.

Donc vous avez bien lu, je pars d’emblée sur une impression négative. Ce n’est pas tant le challenge qui me dérange (j’adore TT Isle of Man, qui semblait absolument impossible après la 1ère partie) mais le manque de pédagogie dans l’approche de Milestone. Toutes les sorties de route/piste que vous pouvez effectuer dans divers jeux de course sont de la “gnognotte” en comparaison avec le fait de rater un ensemble de sauts dans un jeu de MX/SX. La frustration atteint un “next level” qui se transformera en sensation gratifiante une fois que vous maîtriserez le tout, mais aurez-vous la patience pour arriver à ce niveau là? Pour moi personnellement, j’en doute.

The Big Show

La licence Monster Energy Supercross est clairement une tentative de Milestone de percer l’immense marché US et celle-ci est très bien représentée. Evidemment toutes les pistes, équipes et riders sont de la partie dans les catégories 250 East, 250 West et 450. L’ambiance est toujours électrique dans ces immenses stades remplis de fans et, comme toujours, les courses sont présentées comme en vrai par des commentateurs bien connus. Par contre, ceux-ci n’interviennent plus du tout jusqu’à la fin de l’épreuve ce qui est un peu dommage. Bien sûr, des commentaires en temps réel sont impossibles mais quelques réactions durant la course auraient été appréciables et c’est quelque chose qui manque un peu.

Visuellement, le titre est très propre sur Xbox One X même si les Monster Girls sont toujours aussi zombifiées que par le passé, heureusement on ne les vois que quelques secondes. Les motos par contre sont très bien modélisées et quand on zoom dessus en mode photo, on voit l’accumulation de la poussière qui donne un effet encore plus réaliste. Les pistes cependant, ne se déforment pas autant que l’on pourrait espérer et vous ne serez pas cantonné à une ligne malgré le passage incessant d’une vingtaine de riders déchaînés. Dommage, ça m’aurait probablement aider à assimiler plus vite les bonnes trajectoires.

Une fois encore, on parle d’un jeu qui sort 1 an jour pour jour après MESX2, et Milestone semble se complaire dans ces suites millimétrées, affublées de quelques modifications en supplément de tout changement officiel (transferts, nouvelles machines, riders, pistes…).

Comme dans les précédents, la carrière (ou tout autre mode) vous récompense avec des crédits prenant en compte le niveau de difficulté, le nombre de tours, le holeshot et compagnie. Vous pourrez dépenser tout cela dans divers accessoires et personnaliser davantage votre avatar.

1 commentaire

Monster Energy Supercross 3: Trailer de lancement! | Xboxracer.com 4 février 2020 at 17 h 32 min

[…] mettre plein la vue tout en reprenant tout ou partie des nouveautés de cet opus. Nous avons déjà notre avis sur la question […]

Répondre

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie