MXGP 2019 Nos tests

Test de MXGP 2019 sur Xbox One X

Milestone continue sa domination totale (en quantité) du marché des jeux de 2 roues sur consoles et PC. Avec MXGP 2019, c’est déjà le 5ème titre de la licence officielle du championnat du monde de motocross et le 4ème sur Xbox One! A un an de la sortie de la prochaine génération de consoles, c’est le titre qui est censé tirer au mieux parti des capacités de la One. Est-ce le cas? Réponse inside.

Parlons peu parlons bien. Pour cette nouvelle itération, Milestone propose évidemment des nouveautés. Le Playground est de retour avec de nouveaux modes de jeu et cette fois-ci, la zone “de jeu” est bien plus grande que par le passé ou le Compound de Monster Energy Supercross. On se retrouve avec un environnement plus proche de ce à quoi Rainbow Studios nous a habitué dans les anciens MX vs ATV. Bien sûr il ne s’agit pas seulement de se balader mais bien de s’entraîner et donc la piste propose toutes sortes de virages et sauts pour bosser toutes les techniques nécessaires une fois dans la cours des grands. Il est possible de lancer des épreuves comme Grand Prix ou du contre la montre et de gagner des crédits à dépenser ensuite dans de la personnalisation. En parlant d’MX vs ATV, l’une des nouveautés ici c’est le mode Waypoint qui tire profit de la map plus grande que par le passé. Il est possible via ce mode de créer des courses point à point sous forme de checkpoints. D’ailleurs il est possible de les sauvegarder et partager avec la communauté histoire de garder le jeu “fresh” au delà de la rigidité d’une licence officielle et ses circuits bien précis. Toujours au Playground, les joueurs peuvent s’affronter sur des tracés pré-conçus donc cet endroit à lui seul offre de nombreuses possibilités et la garantie de nombreuses heures de jeu avant, pendant ou après la carrière.

Autre façon de jouer en dehors du championnat officiel, l’éditeur de circuits! Ce mode est de retour si vous connaissez notamment Monster Energy Supercross mais c’est en fait une première pour MXGP! Milestone s’est servi des enseignements de leur autre franchise pour proposer un produit “fini” aux fans de motocross. Un environnement désertique et un autre boisé sont disponibles et c’est là que vous pourrez laisser place à vos désirs de virages serrés, courbes qui n’en finissent pas et sauts interminables. Comme toujours, vous pourrez sauvegarder et partager vos créations donc tout le monde a en un rien de temps, accès à des dizaines et centaines et milliers de tracés de plus ou moins bonne qualité. Vous pouvez clairement essayer une piste différente chaque jour grâce à ce mode de jeu. On sait dors et déjà que de nouveaux environnements seront proposés aux joueurs, histoire de varier les plaisirs…

Mais bien évidemment, le plat de résistance, celui pour lequel le jeu porte ce nom c’est bien le championnat MXGP, et donc le mode carrière.

Dès le début, le jeu vous propulse dans le championnat en vous imposant de créer un personnage, sélectionner quelques-uns de ses attributs, sa moto, son numéro et décider de se faire sponsoriser ou de rejoindre une écurie. Vous êtes alors balancés en Argentine sur la piste de Neuquen en respectant la difficulté que vous aurez choisi (IA, aides au pilotage etc). Dans le gameplay, l’expérience n’est pas radicalement différente des précédents jeux. On se retrouve avec des machines légères et coupleuses qui ne demandent qu’à avaler les pentes mais qui du coup, nécessitent un placement bien précis avant toute ré-accélération franche. Si les choses sont trop compliquées, il est possible de peaufiner les réglages en suivant les propositions et explications du jeu. Ce système est similaire à ce que Milestone utilise dans ses autres jeux et a un effet réel sur le gameplay mais, comme toujours, la vraie difficulté viendra de la connaissance de la piste. Rester sur la trajectoire idéale demande de l’entraînement et c’est rendu encore plus difficile quand vous vous retrouvez encerclés par des adversaires se battant pour le même morceau de terre. Les contacts avec les autres riders sont très fréquents mais rarement gênants, par contre, les murs et autres objets délimitant la piste auront vite fait de vous mettre au sol et réapparaître en mode fantôme au milieu de la piste. Milestone n’a toujours pas l’intention de proposer des accidents plus réalistes mais le niveau de frustration ne ferait peut-être que monter. l’IA saura vous offrir un challenge de taille et s’il arrive de voir plusieurs IA se battre en elles, la plupart du temps elles enchainent les tours sans souci et à un rythme élevé. Gagner face à l’IA au niveau maximal vous garanti un minimum de compétitivité lors de parties en ligne avec des accros du jeu! Les sauts restent trop compliqués à mon avis et ne sortent pas aussi naturellement qu’ils le devraient. C’est à croire que seuls les gens de Rainbow Studios disposent de la potion magique.

Licence officielle oblige, les catégories MX2 et MXGP sont présentes. Comme on peut s’y attendre, les MX2 sont moins rapides et plus accessibles que les GP, qui sont de véritables brutes avec leurs moteurs de 4500 centimètres cube. Dans les 2 cas, la modélisation est de haute volée avec tous les détails des motos visibles. Les riders par contre ne disposent pas de ce niveau d’attention. Seuls les mordus du championnat reconnaîtront (peut-être) leurs riders préférés sur le podium et, dès le départ, les Monster Girls ne vous font pas l’effet de ces super top models qui remballent Miss France chaque week-end.

Comme toujours, les jeux Milestone (on pourrait dire la même chose avec Kylotonn Games et tout studio qui développe des jeux à licence annuelle) ne sont comparables qu’entre-eux et si on voit une évolution d’année en année, on est quand même loin de ce que le hardware (la Xbox One, ici en version One X pour ce test) est réellement capable d’offrir. Donc on se retrouve avec l’éternelle question. A si (insérez le nom de votre studio de développement préféré) faisait un jeu de MX…

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie