Nos tests The Crew 2

Test de The Crew 2 sur Xbox One X

Un peu plus de deux ans après la sortie du premier opus et suite à quelques reports nous pouvons enfin jouer à The Crew 2 depuis quelques jours. Toujours développé par les équipes françaises d’Ivory Tower en collaboration avec Ubisoft, le jeu nous propose une nouvelle fois de traverser les États-Unis de part en part avec une map encore plus grande avec plus de véhicules, plus de customisation, plus d’épreuves et j’en passe. Bref, que vaut cette suite tant attendue ? Vous retrouverez ci-dessous notre avis sur le jeu que nous avons testé sur Xbox One X.

Cette fois pas d’histoire, juste de la course

Pour cette suite, plus d’histoire avec un scénario bancal où l’on joue aux gendarmes et au voleur. D’ailleurs les forces de l’ordre ont totalement disparues dans cette suite ce qui n’est pas plus mal car dans le premier opus on se faisait prendre en chasse pour un rien. Cet opus est accès course avec la société Live qui propose aux meilleurs pilotes de s’affronter dans des épreuves variées. C’est simple : Vous ne trouverez pas un autre jeu qui propose autant de variété sur les disciplines proposées. Courses urbaines ou sur circuit, drift, rally raid, rally cross, courses de dragsters, course et freestyle en monster truck, il y a de quoi faire sur terre. Mais il faut désormais rajouter à tout cela des courses sur de grandes étendues d’eau avec des monstres de plus de 1000 chevaux ou bien à bord de Jetsprint dans des canaux sans oublier des courses aériennes de vitesse genre Red Bull Air Race et des compétitions où vous devez faire des figures imposées et libres. Vous l’aurez compris, impossible de s’ennuyer dans le jeu avec la diversité à laquelle nous avons le droit.

Une map encore plus gigantesque que celle du premier The Crew

Les studios d’Ivory Tower ont fait halluciner pas mal de monde lors de la présentation du premier The Crew avec cette carte gigantesque et impressionnante des États-Unis qu’il était possible d’explorer. C’est simple, depuis Fuel d’Asobo Studio et Codemasters nous n’avions jamais vu ça dans un jeu de voiture open world. Pour cette suite, les studios lyonnais ont encore fait mieux puisqu’en plus de proposer une échelle du pays un peu plus grande, il est désormais possible de faire la course dans les airs et sur l’eau donc je vous laisse imaginer la surface de jeu qui nous est offerte. Pour en avoir une petite idée : Dans bêta nous avons mis plus de 30 minutes à traverser la map d’est en ouest en avion. En revanche, alors que désormais nous avons accès à des bateaux et des avions on aurait aimé que les développeurs pensent à nous rajouter l’archipel d’Hawaï à quelques kilomètres de la côte ouest, ça aurait été sympa.

Mais cette petite version des USA est toujours aussi impressionnante et propose une énorme variété de décors. Il n’y a pas tous les états du pays mais on y retrouve ce qu’il y a de plus connu avec les grandes villes comme New York, Los Angeles, Chicago ou encore Miami. Côté environnement, rien ne manque ! Vous allez vous en donner à cœur joie à rouler à fond dans les marécages de Louisiane, à atteindre des vitesses de malade sur le lac de sel de Bonneville, à grimper la côte de Pikes Peak, à parcourir les étendues d’eau du grand canyon en bateau, simplement vous faire la célèbre Route 66 en Harley ou survoler le pays paisiblement en avion. Si vous le souhaitez vous pourrez même faire des tours sur plusieurs circuits réels ou fictifs dont fait partie Laguna Seca (qui ressemble au vrai mais toujours uniquement depuis un satellite).

Les effets météo qui avaient fait leur apparition via la fameuse grosse mise à jour du premier opus ont été améliorés dans cette suite. Donc en plus du cycle jour/nuit qui propose des effets de lumières avec des couchés et levés de soleil tout bonnement sublimes, vous avez le droit à la pluie mais aussi à des chutes de neige (qui n’ont aucun impact sur la conduite). Alors oui c’est sympa de voir le décor devenir tout blanc petit à petit mais de là à ce que TOUTE la map soit blanche d’un coup, c’est un peu trop. Mais pour la défense des développeurs, oui il neige en Floride, oui il neige dans le grand canyon et oui il peut même neiger à Las Vegas. Mais là j’aurais juste aimé que ce soit plus localisé.

Test The Crew 2 Xbox One X 001
Test The Crew 2 Xbox One X 002
Test The Crew 2 Xbox One X 003
Test The Crew 2 Xbox One X 004
Test The Crew 2 Xbox One X 005
Test The Crew 2 Xbox One X 006

Pour ce qui est des graphismes, le jeu est très propre sur Xbox One X. Si nous devions le comparer à Forza Horizon 3 ou 4, nous n’en sommes pas encore là visuellement surtout au niveau du détail. Mais la raison est toute simple puisque tout cela est à cause de la taille gigantesque de la zone de jeu qui doit être au moins 100 fois plus grande que celle des titres de Playground Games. Mais pour une surface de jeu pareille, on peut aisément excuser à Ivory Tower le léger clipping à l’horizon qui n’est vraiment pas méchant ou les textures qui ne sont pas toujours jolies à certains endroits. Ceux d’entre vous qui aiment jouer en vue interne devront malheureusement se contenter d’un flou dans les rétroviseurs comme dans le premier volet. Dans les points positifs on peut souligner la grande distance d’affichage même en avion et même si nous aurions aimé un 60Fps, le jeu est bloqué à 30Fps mais il a le mérite d’être stable sans la moindre baisse. Concernant les véhicules, rien à redire de ce côté puisque leur modélisation est aussi bien faite à l’extérieur qu’à l’intérieur. Vous pourrez d’ailleurs les admirer sous tous les angles en vue subjective dans votre sublime garage où sont exposés vos véhicules sur plusieurs étages.

Une belle collection de véhicules entièrement customisables

En tout, ce sont plus de 275 véhicules qui vous attendent dans cette suite et tout ce beau monde est répertorié dans une quinzaine de catégories. Pour ceux qui n’auraient pas joué au premier The Crew, une voiture pouvait être à la fois de course, de drag ou même un monster truck. Il suffisait juste de passer par son garage pour la modifier. Dans cette suite, il vous faut acheter une voiture par discipline. Mais le système d’amélioration et de customisation a complètement été repensé et il est bien mieux. Désormais, lorsque vous remplissez les objectifs de course, vous débloquez du loot avec des pièces faites pour la catégorie de voiture avec laquelle vous avez gagné. Plus ou moins rares, celles-ci reprennent un code couleur façon RPG et les plus convoitées vous donnent deux bonus supplémentaires en plus d’améliorer les statistiques de base de votre véhicule. Elles permettent entre autres d’avoir la nitro qui se recharge plus vite, de gagner plus d’aspiration ou d’obtenir plus de followers et de loot de qualité. Il vous est aussi possible de tomber sur des box de loot grâce à un radar en vous baladant sur la map.

Niveau customisation visuelle, les développeurs sont restés dans le style du premier jeu mais avec pas mal de nouveautés. Certaines voitures peuvent accueillir un nombre de pièce de carrosserie hallucinant avec des dizaines de pare-chocs avant et arrière, des kits larges, des ailerons et j’en passe. Pour que ce soit plus simple on aurait juste aimé qu’Ivory Tower sépare les pare-chocs des feux customs histoire de bien voir la différence. Par contre, tous les kits carrosserie proposés ne sont pas non plus tout le temps du meilleur goût il faut le dire. Chose extrêmement rare dans un jeu de course : Il vous est aussi possible de customiser l’intérieur en choisissant différentes couleurs et matières pour les sièges et garnitures de portes mais aussi pour le tableau de bord.

Tous les véhicules ne peuvent pas être modifiés niveau carrosserie lorsqu’il s’agit de monstres de course ou déjà très modifiés. En revanche, ils peuvent tous être recouverts d’une décoration faite maison. Alors que le premier opus proposait des peintures préconçues qui n’étaient pas trop mal, cette suite dispose d’un éditeur de livrée aussi poussé qu’un Forza ! Non seulement vous allez pouvoir coller pas moins de 1000 decals sur votre voiture avec des formes, des logos fictifs, des chiffres et des lettres, mais en plus vous pouvez créer des groupes et les sauvegarder ! Très pratique, cela permet de créer un sticker personnalisé et de le mettre sur tous vos véhicules sans avoir à le refaire à chaque fois. La seule chose qui est dommage c’est que l’on ne peut pas partager les groupes avec ses amis. Par contre une fois que vous avez sauvegardé votre livrée, vous pouvez la partager avec tout le monde et il est même possible de l’adapter sur un autre modèle de véhicule comme dans Need Ford Speed Payback.

Un gameplay amélioré mais encore perfectible

Ceux d’entre vous qui ont déjà joué au premier volet de la franchise se souviennent sûrement du gameplay qui était le gros point noir du jeu. Nous étions obligés de passer par la case configuration de la manette pour avoir une jouabilité à peu près correcte. C’est du passé puisque The Crew 2 est bien plus agréable niveau pilotage. Alors bien-sûr le jeu est très accès arcade donc il nécessite un rapide temps d’adaptation tout en gardant à l’esprit que l’amélioration de chaque véhicule modifie le gameplay. Pour les bateaux et les avions qui font leur apparition dans cet opus, les joueurs de Grand Theft Auto V ne seront pas perdus puisque les commandes sont exactement les mêmes. Sur l’eau vous devez incliner le joystick vers l’arrière pour aller plus vite et dans les airs vous pouvez faire des acrobaties sans trop de problème. Cerise sur le gâteau : il est possible de switcher de type de véhicule à tout moment en jeu et certaines courses utilisent le système pour combiner tout ça.

Chaque classe a sa fonction donc inutile de vous dire que si vous avez un dragster, vous n’arriverez pas à suivre vos amis dans les virages s’ils ont des voitures de course. Contrairement à un Forza Horizon, un véhicule conçu pour le bitume ne va pas rouler à plus de 400 km/h et doubler des 4×4 qui sont à plus de 300km/h sur la terre. Si vous avez une voiture street ou de course, votre terrain c’est l’asphalte point barre. En off road vous ne dépasserez pas les 100km/h et Playground Games devrait bien s’en inspirer ! Mis à part celles conçues pour le drift, les voitures ont tendance à se remettre dans l’axe toute seule après un dérapage (elles sous-virent beaucoup) et on s’aperçoit très vite que pour gagner, il faut bien couper les virages dès que cela est possible en évitant bien évidemment les éléments du décor qui ne se cassent pas comme les arbres, les barrières ou encore les tout petit éléments qui dépassent des murs lorsque vous les frôlez.

Mais ça, c’est sans compter sur le gros, que dis-je, l’énorme point noir du jeu : L’intelligence artificielle. Dans ce cas présent nous avons à faire à ce que nous appelons une IA yoyo. En gros, vous êtes dernier, vous la rattrapez facilement si vous ne faite pas trop de bêtises. Mais lorsque vous menez, c’est là que l’IA est juste énervante à un point inimaginable… Sans utiliser le moindre boost, elle peut combler un écart de plusieurs kilomètres en un rien de temps dès qu’il y a des lignes droites et vous doubler en vous déposant sur place comme si elle avait 1000ch de plus. Il n’y a rien de plus agaçant dans ce genre de jeu. En plus, il faut rajouter à cela les contacts entre les voitures qui sont aussi très pénibles puisque lorsque vous vous appuyez sur un adversaire, ou l’inverse, cela vous emmène du côté opposé du virage sans pouvoir vous en décoller avec une potentielle rencontre avec un mur ou un arbre. Bref, si Ivory Tower pouvait corriger cela dans les prochaines mises à jour ce serait appréciable.

Test The Crew 2 Xbox One X 007
Test The Crew 2 Xbox One X 012
Test The Crew 2 Xbox One X 011
Test The Crew 2 Xbox One X 010
Test The Crew 2 Xbox One X 009
Test The Crew 2 Xbox One X 008

Une duré de vie qui peut être énorme

Niveau durée de vie, le jeu d’Ivory Tower a été conçu pour durer dans le temps. Pour commencer, avant d’avoir une voiture améliorée au maximum avec uniquement des pièces légendaires et dans chaque catégorie, il faut tout de même quelques heures. Vous vous doutez que vous n’allez pas faire qu’un seul véhicule donc je vous laisse imaginer. Ensuite vous allez devoir grimper dans les échelons des pilotes. Vous commencez votre carrière en débutant et pour passer aux stades supérieurs, il vous faut gagner des followers. Pour cela rien de plus simple puisqu’il suffit de gagner vos courses ou d’attirer l’attention en faisant des drifts, des sauts, des loopings en avion et j’en passe. Vous pourrez aussi en gagner dans des missions dans lesquelles il faut prendre des photos avec des objectifs précis. Une fois que vous en avez suffisamment, vous débloquerez de nouvelles courses et passerez à la catégorie au-dessus en devenant populaire, célèbre, une star et enfin une icône. Mais après le statut d’icône, vous continuez d’évoluer puisqu’il est possible d’atteindre le niveau 9990 ! Donc imaginez le temps qu’il faut pour être level max ! A chaque fois que vous gagnez un level, vous obtenez aussi un point d’icône qui permet d’améliorer vos stats comme dans un RPG. Gagner plus de followers, améliorer le radar de récompenses, augmenter les multiplicateurs et plein d’autres choses sont au programme. Pour tout avoir au maximum, il faut au moins 650 points donc…

Test The Crew 2 Xbox One X 018
Test The Crew 2 Xbox One X 017
Test The Crew 2 Xbox One X 016
Test The Crew 2 Xbox One X 015
Test The Crew 2 Xbox One X 014
Test The Crew 2 Xbox One X 013

Chose étonnante : Le jeu ne dispose pas de PVP à sa sortie. Mais Ubisoft a déjà annoncé qu’un tout nouveau mode sera proposé aux joueurs avec la deuxième grosse mise à jour du jeu qui est attendue pour cette fin d’année. Il est aussi fort dommage qu’il n’y ait plus les carcasses d’épaves à trouver sur la map comme dans le premier opus pour reconstituer des véhicules extrêmes. Et imaginez si les développeurs proposaient un bon éditeur de course. Avec une map de cette taille je vous laisse imaginer ce qu’il serait possible de faire.

Laisser un commentaire