The Smoking Tire Car Pack: La Chevrolet Nova SS de 1966

C’est marrant, Wikipédia, dans sa version anglaise, considère la Chevy Nova comme une « compacte ». On parle pourtant de près de 2m de large, 5 de long et 3 d’empattement. A la même époque en France on avait la Renault 10 à laquelle vous pouvez aisément retirer un demi-mètre sur tous les côtés. Gros V8 devant, propulsion, la voiture « comme dieu l’a voulue » comme disent les américains:

Evidemment dans Forza, c’est l’artillerie lourde: la SS, avec un V8 de 5.4 litres et 260kw (350cv). Une version avec 375cv sera mise à la disposition du public américain mais un peu plus tard, en 1968, prix de l’option? 348$.

Dans Forza Motorsport, on connait bien les muscle cars et la plupart d’entre vous savez comment « débloquer » leur potentiel. Comme toujours, la Chevy part de très bas, avec une tenue de route et freinage absolument pathétique mais un moteur qui, d’origine, peut tenir la comparaison avec des voitures 2 classes plus hautes.

Comme toujours, encore, les montes pneumatiques sont très avantageuses. Je ne sais pas si c’est la culture « hot rod » qui vaut à tous ces muscle cars de pouvoir s’équiper de « gommards » immenses mais quand une auto des années 60 peut mettre des pneus plus larges qu’une M3 des années 2010 je reste perplexe.

Quoi qu’il en soit, le 255 à l’avant et 295 à l’arrière ne sont pas si impressionnants que ça en comparaison à d’autres muscle cars plus connus, mais la Chevy SS est assez légère et passera sous les 1200kg sans trop de soucis. C’est mieux pour l’accélération, la tenue de route et le freinage: Light is Right.

Hormis si vous aimez tanguer comme un bateau, la classe D est à oublier. Par contre, pas mal de rencontres en classes C et B me poussent à penser que la SS à sa place sur les circuits quelle que soit la configuration que vous lui préférez.

Les 4RM ajoutent 39 points d’IP et 89kg, en plus du blasphème d’un muscle car en transmission intégrale. Des moteurs 7.0 litres V8 et 5.9 V8 Racing sont dispo, pour qu’on vous entende arriver de l’autre côté du circuit, et évidemment, bi-turbo et compresseur volumétrique sont de la partie!

Points +

  • ForzaVista complet avec moteur
  • Sonorité du V8
  • Pare-choc arrière se détache en cas de contact

Points –

  • Retour de Forza 4, pas une vraie nouveauté

 

Laisser un commentaire

x

Cela pourrait vous intéresser

Test de Flatout 4 Total Insanity sur Xbox One

2004, c’est l’année de sortie du premier Flatout par Bugbear Entertainment sur Microsoft Xbox. Acclamé par la critique, ce titre déjanté, arcade et super bourrin est resté dans l’esprit des joueurs comme un bon souvenir. Des suites en 2006 et 2007 ont marqué la fin de l’engagement du studio scandinave, créateur de la franchise. Désormais, ce sont les français de Kylotonn Games qui reprennent le flambeau avec la lourde tâche de raviver la flamme. Leur jeu: Flatout 4 Total Insanity!