BTCC 2022

BTCC: Jetons un œil à ses spécificités

Le BTCC ou championnat britannique de voitures de tourisme, est l’une des rares séries nationales à disposer d’un retentissement global, à l’instar du DTM, Super GT et Supercars australien. Etant donné qu’un titre est en cours de développement, pour l’instant prévu pour l’année 2022, j’ai pensé qu’il était intéressant de jeter un œil à la réalité de ce championnat, son déroulement actuel, ainsi que son futur proche.

Historiquement, le BTCC existe depuis 1987, après avoir renommé le championnat précédent, le British Saloon Car Championship, qui officiait depuis 1958. Dans les faits, le BTCC a donc 33 ans, mais ses origines en ont 62. Inutile cependant de repartir si loin car, si le patron de Motorsport Games a indiqué que des véhicules (peut-être saisons?) classiques seront disponibles, ils ne devraient pas prendre le pas sur l’actualité du championnat.

Quelques infos clé (saison 2019):

  • 30 pilotes (30 licences max)
  • 15 équipes
  • 10 constructeurs automobiles
  • 9 circuits
  • 10 manches
  • 3 courses par manche
  • 30 courses par saison
  • Samedi: 2 sessions d’essais de 40 minutes et une séance de qualifications de 30 minutes
  • Dimanche: 3 courses de même distance
  • La grille de la course 1 est déterminée par le résultat des qualifications
  • La grille de la course 2 est déterminée par le résultat de la course 1
  • La grille de la course 3 est déterminée par une loterie entre les véhicules ayant terminé entre les positions 6 à 12
  • Barème 20-17-15-13-11-10-9-8-7-6-5-4-3-2-1 pour les 15 premiers
  • Système de “ballast” (poids additionnel) pour les véhicules les plus compétitifs: 1er: 60kg, 2ème, 54kg, 3ème, 48kg, 4ème: 42kg, 5ème: 36kg, 6ème: 30kg, 7ème: 24kg, 8ème: 18kg, 9ème: 12kg, 10ème: 6kg
  • Les pénalités de poids se gardent de manche en manche et sont ajoutées ou retirées en fonction des résultats de chaque course
  • Le “ballast” est situé au niveau du repose pied côté passager, dans tous les véhicules

Les voitures:

  • Audi, Mercedes-Benz,Volkswagen, Hyundai, Honda, Infiniti, BMW, Ford, Toyota, Vauxhall
  • Moteurs 4 cylindres 2 litres turbo, environ 380cv
  • Moteurs développés par l’équipe ou des préparateurs agréés comme Swindon
  • Turbo agréé
  • Boite de vitesse Xtrac séquentielle, 6 rapports
  • Châssis RML agréé (positionnement suspensions, freins, transmission et moteur, arceau cage)
  • Direction hydraulique
  • 2 roues motrices
  • Réservoir 80 litres
  • 1280 kg
  • Jantes Rimstock 18′ center lock
  • Pneus Goodyear, Hard Medium, Soft et Wet
  • Freins AP Racing
  • Gestion Cosworth Electronics
  • Caméra intégrée

J’ai préféré les détails de 2019 à ceux de 2020 car avec le Covid, les choses sont tout sauf normales en ce moment. Toutefois, le règlement technique du BTCC est revu tous les 5 ans et la prochaine modification sera pour 2022, année de sortie du jeu. On ne sait pas encore si le jeu proposera la dernière saison du système en cours ou la première saison du nouveau règlement, qui verra la fin des poids de pénalité et le début de “l’hybridisation” de la catégorie.

A lire aussi: Davantage d’infos sur le jeu du BTCC prévu pour 2022

Le BTCC façon hybride embarquera une batterie déployant environ 40cv et proposera la technique du “push to pass” (aussi utilisable en défense). La batterie sera placée là où le “ballast” est actuellement localisé et elle sera plus ou moins remplie d’énergie selon les résultats du pilote, pour plus d’équité. Pour le reste, le moteur sera toujours le 4 cylindres Turbo de 2 litres. La puissance additionnelle du système électrique sera envoyée aux roues motrices habituelles.

Nous ne savons évidemment pas quel niveau de réalisme nous proposera le jeu du BTCC, mais Stephen Hood a mentionné son penchant pour les jeux réalistes à défaut d’être des simulations pures et dures. Impossible également de savoir jusqu’à quel point le jeu suivra le véritable règlement du championnat mais l’intégration du ballast serait très intéressante et différente. Il est rare de trouver des jeux dans lesquels la réussite est synonyme de perte de compétitivité durant un week-end de course. Il est assez rare également que les voitures les plus lourdes dans la course 3 se battent pour la victoire et les pilotes du BTCC savent qu’il faut avant tout engranger les points, surtout quand l’auto n’est pas au top de son potentiel. Le concept de la grille “inversée/aléatoire” en course 3 est également très sympathique.

Voilà pour ce rapide tour d’horizon du BTCC, le jeu est en cours de développement chez Motorsport Games et ne devrait pas débarquer avant 2 ans. Heureusement que d’autres titres nous feront prendre notre mal en patience d’ici là!

Toutes infos et images via BTCC.net